Les 10 plus longues rivières sauvages du Canada identifiées pour la toute première fois | WWF-Canada

Les 10 plus longues rivières sauvages du Canada identifiées pour la toute première fois

Posted on 14 November 2017   |  
Confluent du fleuve Mackenzie et de la rivière Liard, près de Fort Simpson, Territoires du Nord-Ouest, Canada
© Tessa MacIntosh/WWF
La première évaluation nationale identifie la nécessité de protéger ces habitats indispensables sur le plan écologique
 
14 novembre 2017 – Pour la toute première fois, les rivières canadiennes à courant libre ont été évaluées à l’échelle nationale afin d’identifier nos rivières sauvages. Publié aujourd’hui, le rapport Rivières sauvages du Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada) établit la liste des 10 rivières sauvages les plus longues au pays. Malgré leur valeur écologique considérable et le fait qu’elles soutiennent les économies locales et le bien-être des communautés, le Canada n’offre pas suffisamment d’outils juridiques pour les protéger contre les barrages hydroélectriques à grande échelle et pour s’assurer que tout développement soit fait dans des conditions qui maintiennent le statut sauvage de ces rivières.   
 
Qu’est-ce qu’une rivière à courant libre et une rivière sauvage?  
  • Une rivière à courant libre est toute rivière, ou section de rivière, qui n’est pas affectée par un barrage. 
  • Une rivière sauvage est une rivière à courant libre qui ne subit pas les effets de la pollution, de la perte ou fragmentation d’habitats, de la surutilisation de l’eau, des espèces envahissantes, des changements climatiques ou de l’altération des débits.
Quelles sont les plus longues rivières sauvages au pays?
Les rivières sauvages abondent au Canada. La majorité se trouve dans le Nord, là où peu de gens habitent. Les rivières sauvages les plus longues au pays sont :   
 
  • Liard (Yukon, Colombie-Britannique, Territoires du Nord-Ouest)
  • Dubawnt (Nunavut, Territoires du Nord-Ouest)
  • Thelon (Nunavut, Territoires du Nord-Ouest)
  • Kazan (Nunavut)
  • Horton  (Territoires du Nord-Ouest)
  • Anderson (Territoires du Nord-Ouest)
  • Taltson (Territoires du Nord-Ouest)
  • Stikine (Colombie-Britannique)
  • Birch (Alberta)
 
David Miller, président et chef de la direction du WWF-Canada :
« Le Canada a la responsabilité de protéger cette richesse que sont nos rivières sauvages. Dans un contexte de changements climatiques, ces étendues d’habitats intacts d’eau douce fournissent un refuge et un abri aux espèces aquatiques et terrestres comme l’esturgeon jaune et le caribou. À une époque où tellement d’espèces et d’écosystèmes sont en déclin, il est essentiel de s’assurer que tout développement sur ou à proximité de ces rivières respecte et maintienne leur nature sauvage. Maintenant que nous avons identifié les plus longues rivières sauvages, nous demandons aux gouvernements fédéraux, provinciaux et territoriaux de prendre des mesures concrètes pour les protéger. Cela implique la mise en place des mécanismes légaux pour prévenir la construction de barrages sur les rivières sauvages et exiger des évaluations environnementales pour toute autre proposition de développement. » 
 
 
Elizabeth Hendriks, vice-présidente, Eau douce du WWF-Canada :
« Les rivières sauvages du Canada sont l’équivalent des réserves naturelles, mais pour l’eau douce. Elles méritent les mêmes compréhension et connaissance que celles accordées aux habitats essentiels marins et terrestres. Par contre, la situation chaotique actuelle au niveau des programmes de surveillance provinciaux et territoriaux provoque un manque de données de référence pour que les communautés puissent prendre des décisions factuelles pour ces rivières. Ainsi, elles se retrouvent vulnérables aux impacts tant individuels que cumulatifs. Une surveillance constante et la collecte de données sont essentielles à la gestion éclairée pour ces rivières sauvages, afin d’assurer le bien-être des communautés et de la nature. »    
 
Pourquoi les rivières sauvages méritent une protection?
 
Les rivières sauvages accordent de nombreux bénéfices écologiques et communautaires. Elles : 
  • Soutiennent les espèces (incluant des espèces à risque) qui dépendent des écosystèmes des rivières;
  • Facilitent l’adaptation aux changements climatiques;
  • Permettent le transport de nutriments sans entrave pour les plantes et les animaux;
  • Maintiennent un approvisionnement alimentaire sain pour les communautés;
  • Soutiennent la biodiversité indigène;
  • Fournissent un contrôle de la pollution;
  • Soutiennent des industries dynamiques; et
  • Ont une valeur spirituelle et culturelle fondamentale.
  
Les espèces, dont plusieurs espèces en péril, comptent sur la santé et la résilience des rivières sauvages pour s’abreuver, se nourrir et s’abriter. Les espèces qui bénéficient des rivières sauvages incluent (entre autres) :
  • Les troupeaux de caribous menacés;
  • Le carcajou;
  • Le grizzli;
  • Le bison des bois;
  • Le saumon quinnat;
  • L’esturgeon jaune;
  • Le rat musqué;
  • La sarcelle d’hiver;
  • L’ombre arctique;
  • Le cygne siffleur; et même
  • La minuscule physe du lac Winnipeg (un escargot préhistorique que l’on retrouve seulement dans le parc provincial de Liard River Hot Springs).
 
Lire le résumé du rapport : http://assets.wwf.ca/downloads/WildRiver_Summary_FINAL2_cw.pdf
 
Lire le rapport technique complet (en anglais) : http://assets.wwf.ca/downloads/Wild_Rivers_Technical_Report_updated_Nov10.pdf
 
À propos du WWF-Canada
Le WWF propose des solutions aux grands défis de conservation qui nous tiennent tous à cœur. Nous menons des projets dans des lieux uniques et de grande valeur environnementale afin que la nature, les espèces et les communautés puissent cohabiter en toute harmonie. wwf.ca/fr
 
Pour plus de renseignements :

Laurence Cayer-Desrosiers, Spécialiste communications et événements | WWF-Canada lcdesrosiers@wwfcanada.org | 514-394-1106
 
Confluent du fleuve Mackenzie et de la rivière Liard, près de Fort Simpson, Territoires du Nord-Ouest, Canada
© Tessa MacIntosh/WWF Enlarge

Comments

blog comments powered by Disqus