Rapport Planète vivante 2018 | WWF-Canada

What would you like to search for?

RAPPORT PLANÈTE VIVANTE 2018 : Soyons ambitieux

COMMENT VONT NOS ESPÈCES?

La Terre connaît actuellement un déclin important de sa biodiversité, à un rythme qui n’est propre qu’aux extinctions massives. Les activités humaines non durables font pression sur les écosystèmes de la planète, qui soutiennent la vie. En conséquence, depuis moins de 50 ans, les populations mondiales d’espèces vertébrées ont chuté de 60 % en moyenne.

Publication phare du WWF qui paraît tous les deux ans, le Rapport Planète vivante est une étude exhaustive des tendances en matière de biodiversité et de santé de la planète. Le Rapport Planète vivante 2018 en est la douzième édition. Il étale des preuves scientifiques qui viennent appuyer ce que la nature nous répète déjà : que le développement humain et la surconsommation ont des effets dévastateurs sur nos espèces, nos forêts, nos océans, nos rivières et notre climat.

Grâce à de multiples indicateurs, dont l’indice planète vivante (IPV) fournit par la Société zoologique de Londres (ZSL), le rapport insiste sur le besoin urgent d’instaurer un nouvel équilibre mondial afin d’assurer le bien-être de la nature et des humains. Il propose de fixer des objectifs, des cibles et des paramètres à la fois clairs et ambitieux, afin de renverser la tendance actuelle marquée par une perte de la biodiversité qui a des répercussions dévastatrices sur l’ensemble de la planète.

LIRE LE RÉSUMÉ DU RAPPORT

LE SAVIEZ-VOUS?

LE RAPPORT PLANÈTE VIVANTE EN UN COUP D’OEIL

♦ Au cours du XXe siècle, les poissons d’eau douce ont été les vertébrés au taux d’extinction le plus élevé au monde. Depuis 1970, les populations d’espèces d’eau douce ont diminué de 83 % en moyenne.

♦ Les impacts des activités humaines mettent en péril et fragilisent 60 à 70 % des forêts de la planète.

♦Depuis le début de l’ère moderne, les milieux humides ont perdu 87 % de leur superficie.

NOS ESPÈCES D’ICI

Les espèces canadiennes sont elles aussi touchées par cette crise mondiale de la biodiversité. La moitié de nos espèces contrôlées sont en déclin, et leur indice indique un déclin moyen de 83 %.



LE RAPPORT PLANÈTE VIVANTE CANADA EN UN COUP D’OEIL

♦ Au Canada, les populations de mammifères ont chuté de 43 %.

♦ Les populations d’amphibiens et de reptiles ont chuté de 34 %.

♦ Les populations d’oiseaux des prairies ont chuté de 55 %.

♦ Les populations de poissons du lac Ontario et les populations de poissons de l’Atlantique ont chuté de respectivement 32 % et de 38 %.

En savoir plus

COMMENT NOUS AIDER

POSEZ UN GESTE POUR LA PLANÈTE

Afin d’assurer la survie de nos espèces, il est primordial de protéger les milieux et les écosystèmes dans lesquels ils se réfugient pour leur survie. Partout au pays, des citoyens se lèvent pour ralentir le déclin des espèces, et vous pouvez en faire autant.

Voici comment :

♦ Participez aux élections (municipales, provinciales, territoriales ou fédérales) et votez pour les candidat.e.s qui soutiennent des mesures et des programmes favorables aux espèces, aux aires protégées et à la lutte contre les changements climatiques;

♦ Restaurez des habitats et aidez les espèces en vous impliquant auprès de groupes communautaires (nous sommes là pour vous aider à trouver des projets près de chez vous!);

Réduisez votre propre empreinte écologique, de même que votre consommation (en anglais);

♦ Impliquez-vous au travail ou à l’école et sensibilisez, vous aussi, vos collègues et ami.e.s aux actions à entreprendre (en anglais)

QUE FAIT LE WWF CANADA?

REMETTRE LES ESPÈCES À L’AGENDA

Tous les paliers de gouvernement, les entreprises, les industries et le grand public doivent joindre leurs forces sans plus tarder, afin de répondre aux exigences de base en ce qui a trait à la biodiversité, aux aires protégées et à l’engagement pour la lutte contre les changements climatiques en sol canadien. Si nous n’agissons pas dès maintenant, nous serons témoins d’un sérieux déclin des espèces, dont plusieurs se dirigent tout droit vers l’extinction. Le WWF-Canada prône plus particulièrement :

♦ D’atteindre nos objectifs d’aires protégées et de bonifier le réseau avec des sites de grande qualité en milieux terrestres et aquatiques, lesquels devront prioriser les espèces en péril et bénéficier au plus grand nombre d’espèces. De plus, ces aires protégées agiront comme importants puits de carbone;

♦ D’atteindre nos objectifs d’aires marines protégées et de bonifier le réseau par la création de nouveaux réseaux d’aires marines protégées qui donneront priorité aux habitats essentiels ainsi qu’aux aires d’alimentation propres aux espèces en péril, en plus d’exclure le développement et les activités d’extraction néfastes telles que l’exploration pétrolière et gazière dans les aires marines protégées et les refuges marins existants;

♦ Une volonté politique d’utiliser les outils fournis par la Loi sur les espèces en péril afin de prévenir l’extinction de nos espèces les plus vulnérables, en émettant, par exemple, un décret d’urgence en vue d’aider les épaulards résidents du Sud;

♦ L’élimination rapide des subventions octroyées à l’industrie des combustibles fossiles, puis le soutien de la transition vers des énergies renouvelables et favorables aux écosystèmes naturels;

♦ Des mises à jour à la loi 69 (Loi sur l’évaluation d’impact) en vue de garantir, lors de toute prise de décision importante liée au développement, une évaluation basée sur les répercussions connues sur le climat et la biodiversité, y compris :

♦ Un budget carbone qui limite les émissions afin de ne pas excéder un réchauffement de 1,5 °C

♦ Des évaluations régionales stratégiques tenant compte des effets cumulatifs du développement sur les espèces et les écosystèmes.

Le WWF-Canada crée des solutions face aux défis environnementaux les plus importants pour les citoyen.ne.s. Nous travaillons dans des milieux à la fois uniques et essentiels sur le plan écologique, afin que nature, espèces et êtres humains vivre en harmonie.

RECEVOIR NOTRE INFOLETTRE

NOUS SOMMES LA TOUTE PREMIÈRE GÉNÉRATION À MESURER PRÉCISÉMENT LA VALEUR DE LA NATURE ET L’AMPLEUR DE NOS ACTIONS SUR ELLE.