Havre pour la chélonidé imbriquée | WWF-Canada

Havre pour la chélonidé imbriquée

En adoptant une résolution mettant fin à toute récolte de tortues marines en date de la fin du mois de janvier, le gouvernement cubain a lancé une véritable bouée de sauvetage aux tortues marines des Caraïbes, auxquelles l’UICN a attribué les statuts en danger et en danger critique.

Cette résolution, qui met un terme à une longue tradition de récolte de 500 chénolidés imbriquées par année, était demandée par les organismes de conservation depuis plus de dix ans. La mesure sera bénéfique pour toutes les tortues qui viennent au monde sur les plages des Caraïbes et vont se nourrir dans les eaux cubaines.
 
 À l’instar des tortues marines partout dans le monde, la carette et la tortue verte des Caraïbes, deux espèces en danger, sont menacées par la disparition de leurs habitats de nidification et d’alimentation, par la collecte des œufs, l’empêtrement dans du matériel de pêche, les changements climatiques et la pollution. La chénolidé imbriquée est également menacée par les chasseurs à la recherche d’écailles, et sa population mondiale a chuté de 80 pour cent au cours des 100 dernières années.

« Cette décision, prise dans une perspective à long terme, est vraiment formidable pour Cuba, l’ensemble des Caraïbes, et pour la conservation », affirme Susan Lieberman, directrice du programme Espèces du WWF International.
 
« Félicitons Cuba pour l’exemple donné qu’il est possible de prendre des décisions éclairées fondées sur les connaissances scientifiques et inspirées par l’intérêt à long terme des citoyens. »
 

INFOLETTRE GRATUITE

Soyez à l’affût des dernières nouvelles à propos des réussites et des projets du WWF, livrées directement dans votre boîte de réception chaque mois.
 rel=
Hawksbill turtle (Eretmochelys imbricata) laying eggs on a beach above high water mark.
© Martin HARVEY / WWF
L’abandon progressif de la pêche à la tortue marine à Cuba est le fruit d’une collaboration entre le ministère des Pêcheries de Cuba et le WWF, avec l’appui financier de l’Agence canadienne de développement international (ACDI).
 
« Cette décision reflète la volonté politique du gouvernement cubain de répondre à l’appel de la communauté internationale à adopter des mesures qui assureront la conservation des tortues marines », a déclaré Elisa Garcia, responsable de la réglementation sur les pêcheries au ministère des pêcheries de Cuba. 

Les deux dernières communautés de pêcheurs qui pêchaient la tortue marine à Cuba reçoivent des fonds et de l’assistance technique pour les aider à mettre en place des activités économiques durables conçues pour elles, à moderniser leurs bateaux de pêche, à donner de la formation aux habitants et à les engager dans les mesures de protection des chénolidés imbriquées.
 
Une subvention de plus de 400 000 $ accordée conjointement par le WWF et l’ACDI soutient le centre de recherche du ministère cubain des Pêcheries afin d’en faire une plaque tournante régionale pour la conservation des tortues marines et la recherche sur ces espèces, et de mettre à profit les décennies d’expérience des scientifiques cubains sur le sujet. Ce soutien vise également à donner plus de moyens au bureau d’inspection des pêches, l’organe responsable de l’application de la réglementation sur les pêcheries, afin d’assurer que l’interdiction de pêche est respectée.

Des recherches récentes ont démontré que la préférence alimentaire de la chénolidé imbriquée  pour les éponges indique que l’espèce joue un rôle important, bien qu’inconnu jusqu’à tout récemment, dans la santé des récifs coralliens; sa consommation d’éponges dégage des voies d’accès à des sources de nourriture pour certaines variétés de poissons de récifs.