Conserver l’arctique pour le futur | WWF-Canada
 
	© Lee NARRAWAY / WWF-Canada

Arctique

Faisons le bon choix

Pour bien des gens, l’Arctique est un monde lointain et mystérieux. Pour ceux qui y habitent, c’est un milieu riche et envoûtant. Quoi qu’il en soit, l’Arctique, qui occupe près de 40 % du territoire canadien et les deux tiers de ses côtes, est intrinsèquement lié à notre identité.

L’Arctique est le pays des Inuits, qui l’habitent depuis des millénaires, et de nombreuses espèces remarquables – comme l’ours polaire et le narval – dont certaines ne se trouvent nulle part ailleurs sur la planète. 
 
 / ©: Lee NARRAWAY / WWF-Canada
Sunrise reddens the mountains and the sea ice floating on Admiralty Inlet, northwest Baffin Island, Nunavut, Canada. © Lee NARRAWAY / WWF-Canada
L’Arctique canadien est, dans une optique de conservation, un lieu bien spécial. De fait, existe-t-il un autre endroit dans le monde où l’on a la possibilité de sauvegarder un milieu qui est encore vierge à bien des égards, où de nombreuses espèces cohabitent dans des écosystèmes qui ne connaissent guère les effets de l’activité humaine? En Arctique, nous avons l’occasion de mettre à profit l’expérience du passé pour faire les choses correctement d’entrée de jeu, de procéder à une planification à long terme fondée sur les connaissances scientifiques et le savoir traditionnel. Peu d’endroits sur la Terre nous offrent encore une telle chance.

Et il n’y a pas de temps à perdre. Nous savons que l’Arctique vit une mutation rapide, à un rythme inédit. Le réchauffement y est deux fois plus rapide que la moyenne mondiale, ce qui entraîne la fonte de la banquise – fondement de la vie arctique – et bouleverse la face et la réalité de la région tout entière. Ces bouleversements touchent la faune, la flore et les communautés. L’Arctique représente aujourd’hui un monde de possibilités et d’enjeux qui nous concernent tous.
 
 / ©: Jacquie Labatt / WWF-Canada
A female polar bear (Ursus maritimus) in November waits for ice to form in order to hunt for seals, near Churchill, Manitoba, Canada. © Jacquie Labatt / WWF-Canada

Un monde de possibilités et d’enjeux

Les possibilités qui s’ouvrent à nous en Arctique sont importantes pour les communautés nordiques, pour leur économie et leur prospérité. Le recul des glaces ouvre l’Arctique à des projets de développement, particulièrement dans les secteurs miniers et du pétrole et gaz. Or cette activité s’accompagnera d’une intensification de la navigation, car fournitures et ressources entreront et sortiront de la région, sans parler de traversées de plus en plus courantes à mesure que les entreprises de navigation tenteront des routes nouvelles, plus courtes.

Les enjeux sont clairs : le rythme rapide du réchauffement met à risque la faune arctique – les animaux doivent tenter de s’adapter à un nouveau terrain, la disponibilité de nourriture est perturbée, et de nouveaux prédateurs et compétiteurs envahissent leur territoire. Et bien que le développement économique soit bien nécessaire à la région, les risques qui l’accompagnent sont nombreux – déversement de pétrole et autres produits toxiques, augmentation du bruit, perturbations causées par le trafic maritime, et introduction d’espèces invasives dans l’environnement. Ces chamboulements pourraient également mettre à risque le bien-être même des communautés, dont plusieurs comptent sur les espèces indigènes – source de nourriture et partie intégrante de leur culture – et la survie de la banquise, qui permet de nombreux déplacements.
 
 / ©: Jon Aars / Norwegian Polar Institute / WWF-Canon
Polar bear (Ursus maritimus) on the sea ice along the coast. Svalbard, Norway. 
© Jon Aars / Norwegian Polar Institute / WWF-Canon
Heureusement, nous ne sommes pas forcés de choisir entre développement et conservation. Les deux peuvent aller de pair, si l’on veille à maintenir l’équilibre nécessaire. Non seulement ces deux actions peuvent, mais elles doivent aller de pair, car la conservation d’écosystèmes importants est essentielle au façonnement d’un avenir économique et environnemental viable pour la région.
 

Un monde de possibilités et d’enjeux

Les possibilités qui s’ouvrent à nous en Arctique sont importantes pour les communautés nordiques, pour leur économie et leur prospérité. Le recul des glaces ouvre l’Arctique à des projets de développement, particulièrement dans les secteurs miniers et du pétrole et gaz. Or cette activité s’accompagnera d’une intensification de la navigation, car fournitures et ressources entreront et sortiront de la région, sans parler de traversées de plus en plus courantes à mesure que les entreprises de navigation tenteront des routes nouvelles, plus courtes.
 
 / ©: Tim STEWART / WWF-Canada
Dr. Peter Ewins looks through telescope in the Arctic.
© Tim STEWART / WWF-Canada

Ce que fait le WWF-Canada

Tel est l’avenir que le WWF-Canada souhaite voir se réaliser. Pour ce faire, nous fournissons l’expertise, l’information et les ressources capables d’y contribuer, notamment: Nous avons tous un rôle à jouer pour assurer dès aujourd’hui un avenir viable au continent arctique. Pour ce faire, nous devons travailler ensemble à ralentir l’impact du trop rapide réchauffement climatique de la région, et choisir quel avenir nous voulons donner à l’Arctique canadien. Nous avons l’immense chance d’avoir encore le temps de préserver ce riche territoire, de mettre en place des projets et des plans de développement reposant sur des connaissances éprouvées, de mettre à profit les leçons du passé et d’éviter de répéter les erreurs commises un peu partout dans le monde.

Soutien aux communautés
Les communautés arctiques font face à un nombre croissant de procédures règlementaires liées à aux grands projets industriels et aux aires de conservation. Le WWF-Canada travaillera à renforcer la voix des communautés pour la conservation en sécurisant les fonds pour soutenir les interventions locales. Nous assurerons aussi un lien entre les communautés et les expertises légales et techniques dont elles ont besoin pour intervenir efficacement.

Pêcheries arctiques durables 
Bien souvent, les activités minières et les explorations pétrolières et gazières sont présentées comme les seules solutions pour contrer la pauvreté dans le Nord. La pêche commerciale est pourtant un  secteur qui assure une stabilité et des emplois à long terme. Le WWF-Canada travaillera avec les communautés afin de bâtir une pêcherie qui soit durable, tout en surveillant la législation et les politiques pour assurer des pêcheries durables à long terme en Arctique. 


Énergies renouvelables
Le diesel est la source d’énergie primaire pour les communautés arctiques. Elle constitue une dépendance ayant des coûts logistiques et financiers très élevés, elle a des effets négatifs sur l’environnement et elle empêche la pleine autonomie des communautés nordiques. Le WWF-Canada travaillera à renforcer le potentiel pour des énergies renouvelables à faible impact, telles que l’énergie éolienne, solaire et l’hydroélectricité.    


Protection des habitats dans la mer de Beaufort 
Nous travaillons avec les communautés locales afin de prévenir les développements pétroliers et gaziers risqués, de protéger les habitats en utilisant la science et le savoir traditionnel et nous développons une collaboration transfrontière entre Inuvialuit (Canada) et Inupiat (Alaska).

Passages du Nord-Ouest
Cette région emblématique de l’Arctique canadien est une priorité pour le WWF-Canada et chevauche le dernier refuge de glace, cette partie à l’est de l’archipel arctique où la banquise demeurera le plus longtemps malgré le réchauffement climatique. Nous travaillerons avec les localités, ainsi qu’avec les gouvernements territorial et fédéral, afin de sécuriser les aires protégées et la gestion de la conservation. Nous nous concentrerons sur le transport maritime et sur les industries extractives afin de promouvoir un développement de l’Arctique sécuritaire et durable. Nous allons aussi modéliser les incidences potentielles d’un déversement pétrolier sur la nature et les communautés locales dans le but d’alimenter la prise de décision. 

•    Détroit de Lancaster : Le détroit de Lancaster, Appelé Tallurutiup Tariunga par les Inuits, ce détroit est un écosystème arctique unique, connu à travers le monde pour ses richesses biologiques et sa vie marine abondante. Important refuge pour les mammifères marins, la région constitue aussi une importante source d’alimentation pour les communautés avoisinantes, dont Pond Inlet et Arctic Bay.

Le WWF-Canada appuie l’action des Inuits pour la création d’une aire protégée du détroit de Lancaster et a lancé une carte interactive pour sensibiliser sur l’importance de cette région.  
 
•    Polynie des eaux du Nord : Cette région demeure sans glace en hiver et est d’une importance cruciale pour le narval, le béluga, les baleines à bosse et plus encore. Les communautés inuites du Canada et du Groenland demandent une commission bilatérale pour une consultation sur la protection et la future utilisation de cette polynie. Le WWF-Canada appuie ces efforts et effectue des modélisations de trajectoires des déversements pétroliers pour informer lors des prises de décisions.      

Ne laissons pas passer l’occasion de faire les choses correctement et de faire les bons choix pour l’avenir de l’Arctique canadien.

L'expert du WWF

 
	© Paul Crowley
Paul Crowley
Directeur, programme Arctique

Faune arctique

 
	© Paul Nicklen/National Geographic Stock / WWF-Canada
Pour en savoir plus sur la faune de l’Arctique

Dernier refuge de glace

 
	© Vicki Sahanatien
Pour en savoir plus sur le WWF-Canada dans l’est de l’Arctique canadien

Mer de Beaufort

 
	© Dan Slavik / WWF-Canada
Pour en savoir plus sur le WWF-Canada dans l’ouest de l’Arctique canadien

Pétrole et gaz

 
	© National Geographic Stock/ James P. Blair / WWF
Pour en savoir plus sur le WWF-Canada et les enjeux du pétrole et gaz en Arctique

Navigation en Arctique

 
	© Paul Nicklen/National Geographic Stock / WWF-Canada
Pour en savoir plus sur le WWF-Canada et la navigation en Arctique

Intendance internationale

 
	© Arctic Council
Pour en savoir plus sur le WWF-Canada et le Conseil de l’Arctique