Exploitation pétrolière et gazière | WWF-Canada

Exploitation pétrolière et gazière

 
	© 2009 Florian Schulz / WWF-US

La nouvelle région pionnière

L’industrie pétrolière et gazière lorgne depuis quelques années du côté de l’Arctique dont elle souhaite exploiter les ressources abondantes et que le réchauffement climatique rend de plus en plus accessibles. Ces projets de développement économique pourraient être intéressants pour les communautés nordiques, mais ils n’offrent pas que des avantages. De fait, ils comportent de sérieux risques pour l’environnement, la faune et, partant, les habitants et leur mode de subsistance.

© National Geographic Stock / James P. Blair / WWF 

Les activités de forage pétrolier et gazier n’ont pas encore commencé en Arctique canadien, mais cela pourrait changer bientôt. Par son action, le WWF veut assurer que l’exploitation pétrolière et gazière en Arctique se fasse de la manière la plus sécuritaire possible, et travaille donc en collaboration avec les instances gouvernementales concernées et des organismes autochtones afin de créer les conditions favorables à des pratiques industrielles responsables.

L’impact d’un grand déversement pétrolier sur les espèces et les communautés locales serait immense, et une éruption d’envergure ne serait rien moins que catastrophique. De fait, on ne peut écarter le scénario d’une éruption qu’il est impossible de contenir avant que ne survienne le gel hivernal; le puits en éruption cracherait alors des volumes phénoménaux de pétrole brut sous le manteau de glace pendant les 7 à 8 mois que dure l’hiver, et il serait complètement impossible de mettre en branle quelque mesure que ce soit pour contrôler l’éruption. Le pétrole brut se mêlerait alors à la nouvelle glace en formation, et serait ensuite transporté en pleine mer au gré des courants océaniques pour se disperser à grande échelle le printemps venu.


Se donner une réglementation qui a des dents

En 2010, l’éruption de la plateforme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique a mené l’Office national de l’énergie du Canada à réaliser un examen approfondi de la réglementation canadienne en matière de forage pétrolier et gazier extracôtier en Arctique. Le WWF a participé à cette table ronde, et a présenté des données et résultats de recherches sur les risques du forage extracôtier dans les eaux arctiques, en soulignant l’importance de pouvoir contrôler une éruption avant l’embâcle d’hiver.

Le WWF a été heureux de constater que l’Office national de l’énergie a pris en compte ce risque d’éruption et a exigé que toute entreprise menant des activités de forage exploratoire fasse la preuve de sa capacité de contrôler une éruption avant l’embâcle d’hiver.


Forage en mer de Beaufort

À la fin de 2013, un consortium de compagnies pétrolières (Imperial Oil, ExxonMobil et BP) a présenté un projet de forage en profondeur dans la zone canadienne de la mer de Beaufort – où les eaux sont beaucoup plus profondes que dans les zones des tentatives de forage faites antérieurement.

Le lieu identifié dans le projet se trouve dans une zone qualifiée d’importance particulière sur le plan écologique. Il s’agit des abords d’un plateau continental où une remontée de courants océaniques mêle les eaux profondes et les eaux de surface, créant une profusion de plancton qui attire les poissons et cétacés qui s’en nourrissent. La mer de Beaufort constitue un écosystème arctique d’une immense richesse, qui abrite bélugas, baleines boréales et ours polaires. Ce territoire est également celui des Inupiat, Inuvialuit et Gwich’in, dont le mode de vie et de subsistance est indissociable de l’écosystème et des espèces qui l’habitent.


© Dan Slavik

Le scénario proposé représente ce que l’Office national de l’énergie considère être un risque inacceptable, ce qui exige que le demandeur démontre sa capacité de contenir une éruption incontrôlée avant l’embâcle d’hiver. L’industrie affirme bien sûr disposer des techniques et technologies répondant à ces critères, mais les conseillers experts en ingénierie du WWF ne sont pas d’accord avec ces affirmations.

Aussi le WWF poursuit-il son action afin de faire en sorte que les organismes de réglementation refusent le projet ou imposent des modalités si strictes que le consortium décidera de s’en retirer. Nous espérons que la décision ultime créera un précédent et interdira pour de bon le forage en eaux profondes dans l’Arctique canadien.

Concessions pétrolières dans le détroit de Lancaster

En 2016, le WWF, représenté par Écojustice, a pris des mesures légales pour annuler les permis d’explorations pétrolières et gazières qui continuent d’obstruer les efforts de conservation dans le détroit de Lancaster au Nunavut. L’action en justice stipule que les permis d’explorations extracôtières pétrolières et gazières de Shell Canada dans le détroit de Lancaster, accordés il y a plus de 40 ans, sont expirées et donc invalides.   
Le WWF-Canada demande à la cours de confirmer l’invalidité des permis de Shell Canada aux frontières de l’aire marine nationale de conservation du détroit de Lancaster proposée et d’ordonner une mise à jour des registres en vertu de la Loi fédérale sur les hydrocarbures pour indiquer l’expiration de ces permis. 
Pour plus de renseignements sur le détroit de Lancaster et sur la façon dont ces explorations obstruent la finalisation de la mise en place de la tant attendue aire marine nationale de conservation, visitez notre carte interactive.  

L’expert du WWF

 
	© Paul Crowley
Paul Crowley
Directeur, programme Arctique
 
	© United States Coast Guard
A Coast Guard MH-65C dolphin rescue helicopter and crew document the fire aboard the mobile offshore drilling unit Deepwater Horizon, while searching for survivors. Multiple Coast Guard helicopters, planes and cutters responded to rescue the Deepwater Horizon's 126 person crew and battle the blazing remnants of the off shore oil rig in the Gulf of Mexico on 21 April 2010.
© United States Coast Guard

Anatomie d’une éruption

Une éruption est un rejet incontrôlé de pétrole brut ou de gaz naturel d’un puits dont les systèmes de contrôle de la pression ont fait des ratés. L’éruption peut se produire au-dessus ou sous l’eau, et le pétrole brut se répand de manière incontrôlée dans l’eau. Les éruptions en profondeur sont particulièrement difficiles à stopper – en raison de leur profondeur même qui les rend moins accessibles, mais également parce qu’on a peu d’expérience en la matière et les techniques d’intervention ne sont pas très efficaces. 

Exploration

 
	© (C)WWF
Explorez la carte du WWF sur ArkGIS.org (en anglais seulement) et voyez comment l’exploration pétrolière et gazière en Arctique chevauche des territoires occupés par la banquise, de nombreuses espèces et leur habitat, et nombre d’activités humaines.

Visitez le www.arkgis.org (en anglais seulement)
 
	© naturepl.com / Steven Kazlowski / WWF
Polar bear (Ursus maritimus) swimming in the water in front of an iceberg, Beaufort Sea, Arctic Ocean, Alaska
© naturepl.com / Steven Kazlowski / WWF

Belle et riche mer de Beaufort

La mer de Beaufort abrite de nombreux et riches écosystèmes, ainsi qu’une multitude de poissons comme l’omble chevalier, d’oiseaux tels l’eider à tête grise, de mammifères marins comme le béluga et la baleine boréale, et bien sûr de prédateurs comme l’ours polaire.

Pour en apprendre davantage sur la mer de Beaufort