Le tigre | WWF-Canada
 
	© Martin Harvey / WWF

Le tigre

Un félin puissant et majestueux

Le tigre (Panthera tigris) est l’un des animaux les plus facilement reconnaissable sur notre planète. Il est associé à la force, à la puissance et à la nature à l’état brut. Il fait office de figure emblématique des milieux naturels les plus sauvages et inspire quotidiennement des millions d’individus dans le monde, des temples des montagnes du Bhoutan jusqu’aux défilés de Milan. Pourtant, il est au seuil de l’extinction. Des neuf sous-espèces de tigres existantes, trois sont déjà éteintes (le tigre de Java, le tigre de la Caspienne et le tigre de Bali). Il y a à peine un peu plus d’un siècle, 100 000 tigres sauvages erraient sur le territoire asiatique. Aujourd’hui, moins de 3 900 d’entre eux sont encore en vie, ce qui équivaut à un infime 4 % de leur répartition historique. La majeure partie de leur déclin a eu lieu au cours de la dernière décennie.

Les tigres vivent dans des environnements variés, des forêts tropicales aux prairies en passant par les savanes, les forêts de mangroves, les habitats en haute altitude de l’Himalaya et les forêts boréales de l’extrême est de la Russie. La population la plus importante de tigres se trouve en Inde, où l’on retrouve plus de la moitié des tigres sauvages restants. Le Bangladesh, le Bhoutan, l’Indonésie, la Malaisie, le Népal, la Russie et la Thaïlande accueillent chacun quelques centaines de tigres, alors que seuls quelques félins vivent en Chine et en Birmanie. Les tigres sont maintenant pratiquement éteints au Vietnam, au Laos et au Cambodge.

La vie à l’état sauvage
Les tigres vivent principalement seuls. Ils défendent agressivement leur territoire, qui peut s’étendre sur une superficie de 15 à 150 km2, selon la disponibilité des proies.

Les tigres tuent leurs proies en se camouflant furtivement, puis en les attaquant subitement. Ils sont à même de faire succomber des animaux qui font plus de deux fois leur taille. Si le nombre de proies tuées est important, ils peuvent tirer les restes jusqu’à un buisson, et les enterrer grossièrement sous des feuillages afin d’y retourner plus tard. Un tigre du Bengale peut consommer 21 kg de viande en une seule nuit, et doit tuer au moins un animal de 55 à 60 kg chaque semaine afin de survivre. Il répond à ce besoin en attaquant de gros mammifères ongulés tels que le porc, le cerf et le bovin sauvages.

Les femelles donnent naissance à des portées d’un à sept tigreaux. À leur naissance, les tigreaux sont minuscules, aveugles et impuissants; ils sont donc totalement dépendants de leur mère. Mais ils grandissent vite, quadruplant en taille durant leur premier mois de vie. Les tigreaux ne peuvent pas chasser avant l’âge de 18 mois, et restent auprès de leur mère durant deux à trois ans, après quoi ils se dispersent à la recherche de leur propre territoire. On estime qu’à l’état sauvage, les tigres vivent entre 12 et 15 ans.

Le tigre en quelques mots

Nom latin : Panthera tigris
Appellation courante : tigre
Statut : menacé
Population : approx. 3900
Poids : de 100 à 300 kg
Taille : de 1,2 à 3 m
 
	© WWF-Canada
Adoptez un tigre
© WWF-Canada

Adoptez un tigre

Sauvons les tigres! Faites cadeau d’une trousse d’adoption de tigre à un être cher et soutenez ainsi les programmes de défense des tigres sauvages.

Pourquoi les tigres sont-ils importants?

Ces félins magnifiques et puissants jouent un rôle important au sein de leurs écosystèmes, lesquels fournissent de l’eau douce, de la nourriture et des espaces de vie aux espèces comme aux êtres humains. Cela signifie qu’en protégeant les tigres, nous aidons aussi les humains.
  • Afin de sauver les tigres, nous devons protéger de larges étendues de forêts dans toute l’Asie, continent sur lequel ils vivent. En protégeant des milieux biologiquement variés, nous permettons non seulement aux tigres d’errer en paix, mais préservons aussi plusieurs autres espèces menacées au sein des mêmes territoires.
  • À titre de grand prédateur trônant sur la chaîne alimentaire, le tigre contribue à l’équilibre de son habitat en chassant d’autres animaux, lesquels sont principalement des herbivores. Or, on sait qu’un trop grand nombre d’herbivores peut conduire au surpâturage et à la dégradation des écosystèmes.
  • Les forêts protégées pour favoriser la survie du tigre stockent plus de carbone que d’autres forêts de la même région, ce qui contribue à tempérer les changements climatiques.
  • Les habitats de tigres chevauchent neuf bassins hydrographiques d’importance mondiale, qui fournissent de l’eau près de 830 millions de personnes.
  • Les tigres aident directement certaines des communautés les plus pauvres du monde. Les touristes les suivent et, grâce à eux, les communautés ayant peu de possibilités de revenus peuvent faire plus d’argent. Les projets de conservation du tigre aident aussi à fournir des moyens de subsistance aux communautés rurales. Ces moyens ne sont pas seulement plus durables, mais ils peuvent aussi rehausser le niveau général de revenus.
  • Une seule tigresse bien connue a été la source de revenus dépassant les 103 millions de dollars américains durant la première décennie de sa vie au Parc national de Ranthambore, en Inde. Ces sommes ont été amassées grâce aux droits d’entrée, aux frais d’hébergement, aux taxes et aux frais de services. Selon Travel Operators for Tigers, la tigresse a aussi permis d’employer plus de 3000 travailleurs locaux. Quant à ses tigreaux, ils perpétuent la tradition.
  • L’importance sociale du tigre peut être observée dans les domaines de la cosmologie, de la foi et des contes populaires, chez presque toutes les civilisations issues des états faisant partie de son aire de répartition.

Des actions concertées pourraient faire pencher la balance

Inquiets de la situation critique dans laquelle se trouvent les tigres, les chefs de 13 états relevant de leur aire de répartition, ainsi que les autorités représentant diverses organisations intergouvernementales et non-gouvernementales, se sont rencontrés en Russie, en novembre 2010. Le but de leur rencontre était de discuter de l’avenir du félin. Connu sous l’appellation de Sommet du tigre, ce rassemblement était le premier à réunir des chefs de file mondiaux afin de discuter de l’avenir d’une espèce autre que l’espèce humaine.

Durant le Sommet, les participants se sont engagés pour TX2, un objectif ambitieux qui cherche non seulement à sauver les tigres, mais aussi à doubler leur nombre à l’état sauvage, afin qu’il passe de 3 200 à au moins 6 000 individus d’ici 2022, prochaine année chinoise du Tigre.

L’an 2016 marquait la moitié de la durée de TX2, et la première fois en un siècle que le nombre mondial de tigres sauvages se voyait augmenter. Grâce à une action concertée permise par l’engagement de gouvernements, des communautés locales et d’organisations issues de la société civile (incluant le WWF), le nombre approximatif de tigres sauvages dans le monde est passé d’un faible 3 200 en 2010 à environ 3 890 en 2016. Inquiets de la situation critique dans laquelle se trouvent les tigres, les chefs de 13 états relevant de leur aire de répartition, ainsi que les autorités représentant diverses organisations intergouvernementales et non-gouvernementales, se sont rencontrés en Russie, en novembre 2010. Le but de leur rencontre était de discuter de l’avenir du félin. Connu sous l’appellation de Sommet du tigre, ce rassemblement était le premier à réunir des chefs de file mondiaux afin de discuter de l’avenir d’une espèce autre que l’espèce humaine.

Que fait le WWF?

Depuis 2011, le WWF-Canada soutient des projets de conservation du tigre sur le territoire népalais. Nos efforts incluent le suivi des populations, des opérations anti-braconnage, l’amélioration des habitats, des campagnes de sensibilisation et la formation de membres issus des communautés locales afin d’en faire des citoyens scientifiques.

Le WWF-Canada a aussi soutenu le déploiement d’un outil d’avant-garde appelé le Conservation Assured Tiger Standards (CA|TS), afin d’aider les états de l’aire de répartition du tigre à atteindre l’objectif fixé par Tx2.

Sur le plan international, le WWF assure une présence sur le terrain dans presque tous les états de l’aire de répartition du tigre. Il travaille à implanter des plans nationaux et internationaux de rétablissement des populations, ainsi que de meilleurs réseaux pour le maintien de l’ordre. Il œuvre enfin à protéger et à relier les environnements propres au tigre, de même qu’à stimuler la volonté politique et le soutien du public.

TX2
Nous sommes déterminés à doubler le nombre de tigres afin qu’il atteigne un minimum de 6 000 individus d’ici 2022, prochaine année chinoise du Tigre. Pour y arriver, nous nous concentrons sur la conservation au sein de 12 territoires prioritaires comprenant des régions du Népal, de l’Inde et de la Russie. Lors du fameux Sommet du tigre, que le WWF a aidé à organiser en 2010, les gouvernements des 13 états de l’aire de répartition du tigre se sont engagés à atteindre cet objectif de conservation visionnaire et ambitieux. Ils ont donc élaboré un plan mondial en vue du rétablissement des populations de tigres.

Réduire les conflits entre les humains et les animaux
Nous améliorons l’habitat des tigres en trouvant des façons de réduire les conflits entre ceux-ci et les humains, et nous suscitons l’engagement des communautés locales pour la conservation et l’utilisation durable des ressources naturelles, le tout afin de bâtir un avenir où il y aura assez de place pour les tigres comme pour les humains.

Lutter contre le braconnage et le crime lié aux espèces sauvages
Nous travaillons à former des gardes forestiers et à développer la technologie anti-braconnage, afin de soutenir les communautés locales dans leur lutte contre la chasse illégale de tigres. Nous faisons également de la surveillance avec TRAFFIC (le réseau de surveillance du commerce des espèces sauvages) dans le but d’enquêter sur (et de sévir contre) le commerce illicite de produits dérivés du tigre. Nous travaillons enfin à réduire la demande pour ces produits, afin que ce type de commerce ne pose plus de danger significatif pour les tigres.

La menace

Dégradation, fragmentation et perte d’habitat
Le défrichage effréné au sein de l’habitat du tigre, destiné à répondre aux besoins nés de l’agriculture, de l’exploitation forestière commerciale et des plantations de denrées, couplé au développement rapide des infrastructures et à l’exploitation minière en vue de satisfaire une économie asiatique florissante, ont réduit l’aire de répartition du tigre à un infime 4 % de ce qu’elle était il y a un siècle.

Braconnage et commerce illégal
Les tigres sont des animaux imposants et charismatiques, admirés partout dans le monde pour leur puissance et leur beauté. Malheureusement, cela en fait également une cible lucrative pour le commerce illicite, qui rapporte 20 millions de dollars par année. Chaque parcelle du tigre, des moustaches à la queue, peut faire l’objet d’un commerce et être vendue sur le marché noir. Vu la demande incessante, les membres du tigre sont utilisés en médecine traditionnelle ainsi que pour concocter des remèdes populaires et ce, à travers toute l’Asie (et particulièrement en Chine, où la demande est la plus forte).

Conflits entre les tigres et les humains
Les tigres et les humains vivent de plus en plus près les uns des autres, ce qui provoque des conflits. Les attaques sur le bétail sont de plus en plus courantes, particulièrement là où les proies naturelles du tigre sont chassées à outrance (et donc moins facilement accessibles). Les attaques sur les humains sont également en hausse. Dans le Parc national de Chitwan, au Népal, huit personnes par année, en moyenne, sont tuées par des tigres. Les tigres tués suite à ces conflits se retrouvent souvent en vente sur le marché illicite, prouvant le lien entre les conflits et le braconnage en amont du commerce illégal de produits dérivés du tigre.

Il y a de l'espoir

Au Népal
  • Une enquête sur les tigres sauvages du Népal réalisée en 2013 concluait que le nombre de tigres avait augmenté de plus de 60 % depuis 2009.
  • Le Népal célébrait l’absence de braconnage de tigres, de rhinocéros et d’éléphants en 2012 et en 2013.
En Inde
  • Le nombre de tigres a augmenté de près de 30 % entre 2010 et 2015, passant de 1 706 à 2 226 individus.
En Russie
  • La population de tigres de Sibérie a augmenté d’environ 540 individus au cours de la dernière décennie, selon les nouvelles données provenant des résultats d’un recensement intérimaire publiés par le gouvernement russe. On dénombre maintenant entre 480 et 540 tigres de Sibérie dans leur aire de répartition. Environ une centaine d’entre eux seraient des tigreaux. Dans les années 40, la population de tigres de Sibérie avait chuté à seulement 40 individus.

En Chine
  • Recolonisation des habitats par le tigre de Chine méridionale.

Saviez-vous que?

  • Les tigres sont complètement aveugles durant leur première semaine de vie. Environ la moitié d’entre eux n’atteignent jamais l’âge adulte.
  • Les marques présentes sur le front d’un tigre ressemblent grandement au caractère chinois qui désigne le roi, ce qui confère au tigre le statut culturel d’animal royal.
  • Tout comme les empreintes digitales, les rayures de chaque tigre sont uniques.
  • La vision nocturne du tigre est environ six fois supérieure à celle des humains.
  • En pleine nuit, le rugissement d’un tigre du Bengale peut résonner à plus de 2 km.
  • Il est reconnu que les tigres peuvent atteindre des vitesses allant jusqu’à 65 km/h. Ils peuvent « planer » sur des distances de plus de 6 m et sauter jusqu’à 5 m de haut.
  • Contrairement aux chats, les tigres sont de grands nageurs. Ils peuvent, en effet, nager sur une distance de 6 km.
  • Un tigre peut identifier l’âge, le sexe et l’état reproducteur d’un autre tigre grâce aux subtils signaux olfactifs émanant de marquages d’urine.
  • Lorsque le tigre chasse, il n’a du succès qu’une fois sur dix. Les tigres passent donc généralement quelques jours sans manger avant de se gaver suite à une chasse réussie.
  • Les tigres ne perçoivent normalement pas les humains comme des proies.
  • Il existe un plus grand nombre de tigres en captivité aux États-Unis qu’il y a de tigres sauvages en vie sur la planète.
  • Diverses sous-espèces de tigres servent d’animal national au Bangladesh, en Inde, en Corée du Nord, en Corée du Sud et en Malaisie.