Le chenal Laurentien | WWF-Canada
 
	© WWF-Canada

Le chenal Laurentien

Le chenal Laurentien

Le chenal Laurentien est proposé comme aire marine protégée (AMP) en vertu de la Loi sur les océans. Le chenal, une vallée sous-marine située entre le Cap-Breton et Terre-Neuve, dans le golfe du Saint-Laurent, sera la plus vaste AMP au pays avec ses 11 619 km2, le double de la taille de l’Île-du-Prince-Édouard. Il fait partie d’une zone d’alimentation estivale pour les mammifères marins migrateurs, comme la baleine à bosse et le petit rorqual, ainsi que le rorqual bleu et la baleine noire de l’Atlantique Nord, tous deux en voie de disparition.

En réponse à la règlementation proposée pour le chenal Laurentien, le WWF-Canada a lancé une campagne pour bannir le forage pétrolier et gazier du chenal avant que la règlementation ne soit finalisée. Ajoutez votre voix en envoyant un courriel au premier ministre Justin Trudeau aujourd’hui.




Les plumes de mer sont de la famille des coraux
© DFO Maritimes / WWF-Canada

Cette zone avait été identifiée par Pêches et Océans Canada comme étant une zone d’importance écologique et biologique, et les objectifs de conservation des AMP incluent la protection des tortues luth en voie de disparition, des plumes de mer, des loups à tête large menacés, des requins-taupes communs, des raies à queue de velours et des aiguillats noirs.
 
La règlementation proposée pour le chenal Laurentien, publiée en juin 2017, comprend l’autorisation d’activités d'exploration et d'exploitation pétrolière et gazière dans plus de 80 % de l’aire marine protégée, avec du forage dirigé (puits non verticaux) autorisé sur une grande portion du reste du site.
 
Ces activités menacent la faune de la région parce que:
 
  • Les opérations de forage perturbent le fond marin et augmentent la sédimentation dans l'eau, ce qui nuit aux espèces sensibles comme les plumes de mer et les coraux d'eau froide.
  • Les explosions sismiques causent des blessures physiques aux baleines et poissons, et peuvent faire fuir la faune à l’extérieur d’habitats importants.
  • Les déversements d'hydrocarbures, bien que rares, détruiraient cette zone.

L’Union internationale pour la conservation de la nature interdit les activités industrielles, particulièrement l’extraction de ressources comme les combustibles fossiles, de tous les types d’aires marines protégées. Cela signifie que la plus vaste AMP du Canada ne devrait pas être comptabilisée dans les objectifs fixés visant à protéger 5 % d’aires marines au pays d’ici le 31 décembre 2017 et 10 % d’ici 2020.

Le WWF-Canada travaille depuis des années à exclure l’exploration et l’exploitation pétrolière et gazière de la règlementation du chenal Laurentien et de toutes les aires marines protégées au pays. Les activités pétrolières et gazières ne sont jamais compatibles avec la conservation, et elles sont bannies des parcs nationaux terrestres.

Requin-taupe commun, Nouvelle-Écosse
© Doug Perrine / WWF-Canada

Baleine noire

 
	© WWF-Canada
Il ne reste qu’environ 500 baleines noires de l’Atlantique Nord dans l’océan. Chaque été, elles migrent vers leurs aires d’alimentation dans l’Atlantique canadien. Apprenez-en plus sur ces baleines en voie de disparition.