Pour la préservation d’océans paisibles | WWF-Canada
 
	© forwhales.org

Pour la préservation d’océans paisibles


La côte nord du Pacifique canadien

On trouve dans le Pacifique nord-est canadien des zones océaniques parmi les plus paisibles en C.-B. et l’une des mers froides les plus riches dans le monde. Cette région, appelée la zone marine du Grand Ours, abrite une variété de mammifères marins, dont certaines populations sont en péril tandis que d’autres se rétablissent à un rythme remarquable.

Les épaulards résidents vivent ici à longueur d’année, en petits groupes familiaux très liés. Quant au rorqual à bosse, le deuxième plus grand animal de la planète, il visite périodiquement cette région abondante en nourriture, et les fjords de la zone marine du Grand Ours résonnent alors du chant mystérieux des mâles. Marsouins de Dall, morses, phoques et une multitude d’autres espèces marines fréquentent également cette région et en font un écosystème aussi riche que complexe.

PLONGEZ AU COEUR DU SUJET

Cliquez ici pour en apprendre plus sur le bruit et ses effets sur les espèces marines.

CÉTACÉS DANS LA ZONE MARINE DU GRAND OURS
(1 minute, épaulards, rorquals à bosse, rorquals communs)




Son et vie marine

On s’imagine facilement que sous la surface de l’eau, l’océan est un monde profond et silencieux alors qu’au contraire, la vie sous-marine est peuplée de sons. Grognements, toussotements et clics des poissons, cris des épaulards et chants des rorquals à bosse, les eaux côtières de la Colombie-Britannique résonnent du concert incessant de ces voix marines. Contrairement à la lumière, le son circule très bien dans l’eau, ce qui explique que poissons, baleines, dauphins et autres espèces marines aient développé tout un vocabulaire et appris à se servir de leur ouïe davantage que de leur vue pour s’orienter, éviter les prédateurs, rechercher leur nourriture et trouver un compagnon.

La pollution par le bruit, une tendance lourde

Des spécialistes des océans des quatre coins de la planète se rendent compte que nos mers deviennent de plus en plus bruyantes, et que l’activité humaine crée une pollution par le bruit qui nuit aux espèces marines. En voici quelques exemples :
  • transport de marchandises
  • navigation
  • sonar
  • construction de ports
  • exploration pétrolière et gazière
  • prospection sismique
Au vu de la pression croissante poussant au développement le long de nos côtes, il nous faut trouver des moyens de mieux comprendre et gérer les impacts de la pollution sonore sur les habitats naturels et les espèces qui les occupent.

La nuisance de la pollution sonore



 

Comme toute autre forme de pollution, la pollution sonore peut avoir un impact sur les espèces marines, et potentiellement entraîner des modifications de leurs habitudes qui auront un effet à long terme sur leurs populations.
  • Un bruit soudain et très fort  peut surprendre et faire peur aux animaux marins des environs, et endommager leur ouïe.
  • Le bruit continu peut couvrir les sons qu’utilisent les animaux pour communiquer entre eux, et perturber leurs activités, que ce soit pour se nourrir ou socialiser.

Que fait le WWF?

1. Science

Le WWF travaille avec des chercheurs de renom à divers projets.
  • Cartographier et mieux comprendre où la pollution sonore pose problème et comment elle agit sur les habitats essentiels des épaulards, rorquals à bosse et rorquals communs.
  • Améliorer l’étude et la supervision du bruit le long de la côte du Pacifique.

2. Gestion

Le WWF travaille en collaboration avec les gouvernements et le secteur privé à l’élaboration de solutions à la pollution sonore.
  • Réduction de l’intensité du bruit dans les habitats essentiels des cétacés.
  • Analyse des possibilités de créer des zones marines paisibles pour les espèces marines.
  • L’adoption de techniques plus vertes, comme des bateaux plus silencieux.
  • Gestion plus responsable de l’activité humaine dans les océans afin de réduire l’empreinte sonore cumulative.

3. Politiques

  • Le WWF prône l’adoption d’une réglementation à l’échelle nationale sur la quantité de bruit, comme toute autre forme de pollution, qu’il est permis de faire dans l’océan.
Shipping Noise and Important Whale Habitats on the BC Coast 
	© WWF-Canada
Shipping Noise and Important Whale Habitats on the BC Coast
© WWF-Canada