Pêche intelligente | WWF-Canada
Cat Halloway / WWF-Canon 
	© Cat Halloway / WWF

Pêche intelligente

Tous les océans du monde sont dans un état très inquiétant, en raison de la surpêche, qui représente à elle seule la plus grande menace à la vie sous-marine.

Au cours des 50 dernières années, plusieurs espèces de grands poissons de mer – comme le thon rouge et la morue – ont fait l’objet d’une pêche si intensive que leurs populations se sont effondrées. Selon le rapport La situation mondiale des pêches et de l’aquaculture publié en 2010 par l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture, 85 pour cent des espèces commerciales de produits de la mer sont soit pleinement exploitées, surexploitées, en déclin ou en voie de rétablissement à la suite d’un déclin.

Des avancées en matière de techniques et technologies de pêche ont aggravé le problème. En voici quelques exemples :
  • Les grands chaluts utilisent des filets qui peuvent contenir l’équivalent de douze avions et atteindre deux kilomètres jusqu’au fond de la mer
  • Les lignes de pêche comptent des milliers d’hameçons sur des kilomètres de long à la fois
  • On repère les bancs de thon par hélicoptère et l’on informe les bateaux de pêche de leur position
  • L’utilisation de sonars permet aux pêcheurs de jeter leurs filets directement sur les bancs de poissons recherchés.
Autrement dit, le poisson n’a littéralement pas de place où se réfugier. 
 rel=
Capture non intentionnelle de sébaste – jeunes et adultes confondus - dans l’océan Atlantique par un bateau de pêche à chalut à plateaux (une technique qui consiste à tirer un immense filet au ras du plancher marin). Ces « prises accessoires », mortes, seront rejetées à la mer.
© Susan Fudge / WWF-Canada

Pratiques destructrices

Certaines pratiques de pêche destructrices – comme le chalutage de fond – endommagent des habitats marins fragiles au fond de la mer, et sont responsables de nombreuses prises accessoires – la capture non intentionnelle d’espèces marines dans l’équipement de pêche. Chaque jour, des millions de poissons sont capturés « accessoirement » et meurent dans des filets qui ne leur étaient pas destinés. Des millions de poissons et autres habitants de la mer – tortues de mer, requins et baleines.

On estime qu’au moins 40 pour cent des captures des pêcheurs dans le monde sont des « prises accessoires ». La plupart de ces captures - mortes, mourantes ou blessées – sont rejetées à la mer.

Notre sondage le dit

Les Canadiens veulent des produits de la mer durables.

Conclusions du sondage
 rel=
Aiguillat commun – un petit requin (Squalus acanthias) et crevettes capturés « accessoirement », Stavanger, Norvège.
© Rudolf Svenson / WWF

Pêche durable – Ce que fait le WWF

Rien n’illustre mieux les dangers de l’inaction que l’effondrement de l’industrie de la pêche de la morue de l’Atlantique Nord.

Pour en savoir plus sur ce que fait le WWF pour que se répande davantage la certification MSC, pour financer de nouvelles méthodes de pêche durable et plus encore.