| WWF-Canada
Various sizes of commercial fishing boats tied up at the wharf in the Small Boat Basin in St. ... 
	© Alyssa Bistonath / WWF-Canada

Nouveau projet d’amélioration des pêcheries pour la morue de Terre-Neuve

Nouvelle initiative pour le rétablissement des populations de morue en Atlantique du Nord-Ouest
Au printemps 2015, le WWF-Canada annonçait un nouveau projet d’amélioration des pêcheries dans la région Atlantique, en partenariat avec le milieu. Ce projet vise la revitalisation de la traditionnelle pêche à la morue au large de la côte du nord-est de la province de Terre-Neuve-et-Labrador – soit la morue du Nord ou, plus prosaïquement, la population de la zone 2J3KL. On se rappelle le terrible effondrement des populations de morue et le moratoire sur la pêche qui est en vigueur depuis 1992. L’objectif est donc de rétablir la pêche à un niveau viable, au bénéfice des communautés dont l’économie a souffert et en vue de renouer progressivement avec la viabilité commerciale.
 
Le projet d’amélioration des pêcheries, qui se déroule en plusieurs étapes et regroupe diverses parties intéressées, vise à améliorer les pratiques et la gestion des pêcheries afin de favoriser une revitalisation de la pêche à la morue du Nord, et combler, voire dépasser les critères d’accréditation du Marine Stewardship Council (MSC) en matière de pêcherie durable.
 

Réécrire l’histoire

Pendant des centaines d’années, la morue ne se comptait plus dans les eaux de Terre-Neuve. Les stocks de morue au Canada faisaient l’envie du reste du monde et la prospérité de l’économie locale reposait une ressource qui semblait inépuisable.
 
Or dans les années 1990, il a bien fallu admettre que la surpêche le long de la côte du nord-est de Terre-Neuve avait eu raison de la morue, et que l’on assistait bel et bien à l’effondrement des populations. Le moratoire imposé en 1992 a mis fin à la pêche commerciale de la morue dans cette zone. Plus de 30 000 personnes ont perdu leur emploi, des communautés côtières ont perdu leur gagne-pain. Cette perte d’emplois a été la plus drastique qu’ait connue un même secteur d’activité en Amérique du Nord au cours du 20e siècle.
 
Pendant quelque 25 années, on a craint pour l’avenir des populations de morues autrefois si abondantes. Mais en 2006, les experts ont commencé à observer une lente, mais régulière, croissance des populations dans certaines zones.
 
Le 28 avril 2015, le WWF-Canada et la Fish, Food AMD Allied Workers Union (FFAW-INUFOR) – syndicat qui représente 9 000 pêcheurs et travailleurs en transformation du milieu des pêcheries – ont mis sur pied un projet collaboratif afin d’assurer la progression soutenue des populations de morues et son suivi scientifique. Le projet d’amélioration des pêcheries né de cette collaboration a pour objet de soutenir les efforts réalisés pour favoriser la reconstitution des stocks de morues, et de permettre aux populations d’atteindre des niveaux autorisant la reprise de la pêche dans une perspective de viabilité commerciale respectueuse des besoins de la nature.
 

Une démarche sur 5 ans

L’objectif de ce projet d’amélioration des pêcheries est d’aider la pêcherie à réaliser les transformations nécessaires à sa gestion et sur le plan environnemental qui lui permettront de se soumettre au processus d’évaluation du Marine Stewardship Council (MSC) en vue d’en obtenir l’accréditation de pêcherie durable.

Où se situe la pêcherie?

Stock area of northern (2J3KL) cod 
	© Fisheries and Oceans Canada
La pêcherie se situe au large de la côte du nord-est de Terre-Neuve, dans la zone numérotée 2J3KL régie par l’Organisation des pêches de l’Atlantique Nord-Ouest (OPANO).

Les participants

Le projet est mené par le syndicat Fish, Food AMD Allied Workers Union (FFAW-Unifor) de Terre-Neuve et le WWF-Canada. Les membres participants sont la Seafood Producers Association of Newfoundland AMD Labrador (SPONL), la Fogo Island Co-Op et de potentiels partenaires et acheteurs de détail.
  • L’Association of Seafood Producers of Newfoundland AMD Labrador (SPONL) est une entreprise sans but lucratif qui représente les intérêts de l’ensemble des producteurs de produits de la mer dans la province de Terre-Neuve-et-Labrador.
  • La Fogo Island Co-op exploite cinq usines de transformation des produits de la mer et elle est à l’origine de plusieurs projets très intéressants dans le milieu. La Co-op exporte du crabe et du poisson démersal aux États-Unis, au Japon, à Taiwan, en Suède et en Allemagne, et vend bien sûr ses produits au Canada.