Reconstitution des stocks de morues | WWF-Canada

Reconstitution des stocks de morues

 
	© Jarrett  Corke / WWF-Canada

Reconstitution des stocks de morues – un projet de 1 milliard de dollars

Il y a quelques siècles, l’Atlantique grouillait littéralement de morues. Pendant 500 ans, on a pêché quelque 100 millions de tonnes de ce poisson dont l’abondance a fait la renommée mondiale des eaux canadiennes. La morue a fait les beaux jours d’une industrie de la pêche florissante, sur laquelle s’est bâtie l’économie des Maritimes – jusqu’à ce que la surpêche provoque l’effondrement des populations au début des années 1990.

Malheureusement, la morue demeure aujourd’hui victime de prises accessoires (capture non intentionnelle d’espèces non ciblées) dans les Grands Bancs.

Or, une industrie de la pêche à la morue florissante et durable serait profitable non seulement à la santé des écosystèmes, mais également pour l’économie des Maritimes, à laquelle elle contribuerait plus d’un milliard de dollars chaque année. Les progrès réalisés dans cette région aideront également à sauver d’autres espèces en péril et à redonner la santé à un environnement dont nous avons tous besoin.


Consultez notre rapport Banking on Cod pour en savoir plus.
 
 rel=
© Gilbert Van Ryckevorsel / WWF-Canada
Le WWF mise sur le formidable pouvoir d’achat des détaillants pour pousser les pêcheurs à transformer leurs pratiques de pêche et favoriser l’adoption d’une gestion plus rigoureuse des pêcheries.


Science et succès

Les experts en conservation observent un timide regain des populations de morues dans les grands Bancs et autres zones de pêche dans les Maritimes. La température des océans et les conditions sont favorables au retour de la morue, et plusieurs populations de jeunes morues ont été relevées.

Si l’on arrive à implanter une réforme des pratiques de pêche, nous pourrons mettre en place des mesures de conservation pour aider la morue à se reproduire et doubler le nombre de morues frayantes.

Malheureusement, chaque fois qu’une de ces populations commence à se reconstituer, elles sont victimes de filets destinés à d’autres poissons. C’est ce que l’industrie appelle la « prise accessoire ».
 rel=
© J.D. Taylor/WWF-Canada

Les pêcheries de demain

Le projet du WWF d’amélioration des pêcheries en est un de gestion à long terme et durable de la morue de l’Atlantique à Terre-Neuve et Labrador. Ce projet prévoit le respect des normes du Marine Stewardship Council (MSC).

Nous avons créé un partenariat avec Icewater Seafoods Inc., une compagnie de pêche de poisson de fond de Terre-Neuve. Icewater est la plus grande entreprise de transformation de la morue de l’Atlantique en Amérique du Nord, et elle fournit de la morue de Terre-Neuve de qualité supérieure aux entreprises (essentiellement en Europe) qui se sont engagées à s’approvisionner uniquement auprès de fournisseurs de produits de la mer durables.
 rel=
© Alyssa Bistonath / WWF-Canada

Forger l’avenir

Voici quelques-uns des projets en cours au WWF.

  • La protection immédiate d’habitats essentiels. Nous prévoyons circonscrire des zones essentielles à la vie marine dans les Grands Bancs, afin d’éviter que soient pêchées maintenant de nouvelles populations de morues avant qu’elles ne soient bien établies.

  • Le renforcement de la réglementation en vigueur. Le WWF fera pression auprès de l’OPANO - l’organisme de réglementation qui gouverne toutes les nations qui pêchent dans les Grands Bancs, y compris le Canada – afin qu’il comble les lacunes de la réglementation en ce qui touche aux mesures de conservation.

  • La lutte à la surcapacité. Il y a trop de bateaux pêchant trop peu de poissons, ce qui est à la base de la surpêche et des prises accessoires.


  • L’élaboration de solutions aux fondements scientifiques. Nous comptons investir dans de la recherche scientifique plus poussée, une surveillance accrue et la diffusion de l’information afin de proposer des plans d’utilisation de nos ressources marines qui soient fondés sur de l’information pertinente.

  • La promotion de modes novateurs de financement de la conservation. Nous travaillerons à mettre au point et à promouvoir des formules de financement qui permettront de surpasser les coûts initiaux de conservation et de restructuration des pêcheries.