Sur la trace des bélugas | WWF-Canada
St. Lawrence Estuary belugas 
	© Robert Michaud, WWF-Canada

Sur la trace des bélugas

Les populations de bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent sont en baisse. Nous voulons savoir pourquoi.

Les bélugas nagent dans l'estuaire du Saint-Laurent depuis plus de 10 000 ans. Le dramatique déclin de cette population est extrêmement préoccupant et elle risque de disparaître si nous n’agissons pas maintenant.
 

Le nombre de bélugas a considérablement chuté au cours des 10 dernières années pour des raisons qui nous sont encore inconnues. Alors que l’espèce comptait plus de 10 000 individus au 19e siècle,  on estime aujourd’hui leur nombre à 900 bélugas dans l'estuaire du Saint-Laurent. En 2014, son statut a été réévalué par le Comité des espèces en péril du Canada (COSEPAC)  et est passé d’espèce menacée à espèce en voie de disparition.

Cette petite population fait face maintenant à un risque de disparition considérablement plus élevé que lorsqu’elle a été évaluée il y a dix ans par le COSEPAC comme étant « menacée ». Sans une protection de son habitat essentiel, on s’attend à ce que cette population continue de diminuer. Le béluga de l’estuaire du Saint-Laurent a été évalué comme étant « en voie de disparition ».

COSEPAC, Décembre 2014

Bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent / ©: Robert Michaud / WWF-Canada
Bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent
© Robert Michaud / WWF-Canada

Au cours des dernières décennies, il a été possible d’identifier l’une des principales menaces pesant sur cette petite population : la pollution issue des déversements des contaminants toxiques de nos villes, des industries et de l'agriculture dans les Grands Lacs et le Saint-Laurent. Les carcasses de bélugas rejetées sur le rivage au cours des dernières années étaient tellement chargées de contaminants qu’elles ont été étiquetées de «déchets toxiques».

Cependant, la cause du déclin de la population est encore inconnue. Même s’il a été possible d’identifier les contaminants comme menace réelle, les scientifiques ont observé de nombreux changements dans l’environnement du golfe du Saint-Laurent qui auraient aussi un impact sur la population et les difficultés qu’elle connait pour son rétablissement. L’augmentation de la température de l'eau, la réduction du couvert de glace durant l’hiver, les changements dans les habituelles aires et sources d’alimentation et l'exposition croissante au bruit et à la circulation maritime coïncident avec des niveaux records de nouveaux contaminants.

 

Pour protéger les bélugas, nous devons en savoir plus

Sur la trace des bélugas est un nouveau projet de recherche dirigé par Robert Michaud et son équipe du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM). Le projet vise à en savoir davantage sur les menaces auxquelles font face les bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent et cela se fera par le marquage de six baleines. L’émetteur permettra à l’équipe de chercheurs de suivre les bélugas durant leurs déplacements en hiver et permettra aussi de combler, par ces nouvelles données, une lacune dans les connaissances actuelles.
 
Pourquoi les suivre en hiver ? Parce que leurs habitats d'été sont bien connus, ce qui n’est pas le cas de leurs aires de répartition hivernales. Très peu d’études ont été menées afin de connaître ces modèles de migration spécifiques à cette saison. Ainsi, les données nous permettront donc de connaître leurs déplacements vers leurs zones d’alimentation, les secteurs qu’ils évitent en fonction des prédateurs et les risques qu’ils encourent quant au couvert de glace dans cette région.

Ce projet est d’une extrême importance car il vise à résoudre le mystère qui entoure le déplacement des bélugas de l’estuaire du Saint-Laurent à cette période de l’année. Une fois les informations recueillies,  nous serons mieux outillés pour identifier les aires de répartition hivernales de cette espèce emblématique pour le Québec et pourrons pour poursuivre notre travail de protection de son habitat.
 

Le directeur du projet, Robert Michaud du GREMM, sur son bâteau Le Bleuvet / ©: Robert Michaud / GREMM / WWF-Canada
Le directeur du projet, Robert Michaud du GREMM, sur son bâteau Le Bleuvet
© Robert Michaud / GREMM / WWF-Canada

EXPERTS DU WWF

Sophie Paradis 
	© Sophie Paradis
Sophie Paradis
Directrice pour le Québec 

Béluga 101

Beluga 
	© naturepl.com, Angelo Giampiccolo, WWF-Canada
Nom scientifique : Delphinapterus leucas
Poids à l’âge adulte : Jusqu’à 1900 kg
Taille à l’âge adulte : Jusqu’à 4,5 m (Les femelles peuvent atteindre jusqu’à 80 % de la taille des mâles)

Statut (populations de l'estuaire du Saint-Laurent) : En voie de disparition (COSEPAC)

Nom en inuktitut : Qilalugaq et d'autres variations

Le béluga est l’une des baleines les plus faciles à identifier, et sa peau blanche et son expression souriante en font l’un des cétacés les plus aimés. Ce mammifère extrêmement social vit, chasse et migre en troupeaux comptant de quelques individus à plusieurs centaines de baleines.
 
En savoir plus