Citoyens pour la protection du Grand Ours | WWF-Canada

Citoyens pour la protection du Grand Ours

 
	© Natalie Bowes / WWF-Canada

Citoyens pour la protection du Grand Ours

Pas de place pour un oléoduc au pays du Grand Ours

La région du Grand Ours, qui longe la côte nord de la Colombie-Britannique, est l’une des dernières grandes forêts pluviales côtières tempérées intactes dans le monde. On y trouve certaines des plus sauvages rivières à saumon se joignant à la mer. Il s’agit de l’un des plus riches et spectaculaires écosystèmes de notre planète.

Le Grand Ours est un trésor écologique mondial, et son sort est entre nos mains.

Laure Waridel - Une citoyenne pour le Grand Ours



Scott Niedermayer - pour le Grand Ours




Le projet d’oléoduc Northern Gateway propose d’envahir ce lieu unique avec des millions de barils de pétrole brut toxique et des centaines de superpétroliers chaque année. Ces pétroliers et l’oléoduc représentent un risque inacceptable de déversements de pétrole qui mettraient en péril les écosystèmes, les emplois, les cultures et la vie des communautés de la région.
logo
DONNEZ MAINTENANT
© A.S. Wright / WWF-Canada © A.S. Wright / WWF-Canada © Natalie Bowes / WWF-Canada © Natalie Bowes / WWF-Canada © Natalie Bowes / WWF-Canada © Natalie Bowes / WWF-Canada © Natalie Bowes / WWF-Canada © Tim Irvin / WWF-Canada © Tim Irvin / WWF-Canada
En 2006, le gouvernement canadien a conclu un accord historique avec les Premières Nations, le secteur privé et divers autres groupes, accord concrétisant une vision nouvelle du Grand Ours. Ces partenaires ont créé un modèle inédit de gestion responsable visant à créer des emplois, attirer les investissements, et renforcer le tissu social et économique des communautés tout en protégeant les communautés.

Voilà l’avenir que nous souhaitons pour le pays du Grand Ours. Nous voulons un avenir où seront protégés l’Ours Esprit, le saumon, les baleines et les loups de la région. Nous voulons un avenir où les droits et titres ancestraux des Premières Nations seront respectés. Et un avenir pour les dizaines de milliers d’emplois à long terme de la région, des emplois pour les gens d’ici, qui ont besoin d’écosystèmes marins et forestiers en santé. 
Tel est l’avenir que nous voulons pour le Canada. Il y a bien d’autres et meilleurs moyens – plus responsables — de développer notre économie et d’assurer notre sécurité énergétique qu’en accélérant l’exportation de pétrole brut. Nous devons nous doter d’une stratégie énergétique réfléchie qui protégera notre héritage naturel, se conformera à nos valeurs d’équité et d’universalité, protégera nos emplois et veillera aux intérêts de tous les citoyens – aujourd’hui et demain.

Nous avons l’occasion de faire la preuve de notre volonté et de notre capacité de gérer correctement ce joyau mondial, et d’assurer un avenir aux générations qui nous suivront.  

Nous sommes les Citoyens pour la protection du Grand Ours. Joignez votre voix à la nôtre.


 
	© WWF-Canada
© WWF-Canada
Scott Niedermayer 

Qui ne connaît pas le capitaine de l’équipe canadienne olympique de hockey. Scott Niedermayer est un héros du hockey au Canada. Au cours de sa carrière, il a remporté avec son équipe tous les championnats nord-américains et internationaux, dont quatre coupes Stanley et deux médailles d’or aux Olympiques. Né à Edmonton, il a grandi à Cranbrook, en Colombie-Britannique. Initié dès son plus jeune âge aux beautés des lacs, rivières et montagnes de la C.-B., il a appris à apprécier et aimer les beautés d’une nature bien vivante. Son amour de la nature l’a mené à se joindre au WWF comme porte-parole en matière d’eau douce. Scott Nierdermayer, sa femme Lisa et leurs quatre enfants continuent d’explorer les vastes espaces de la C.-B.

 
	© WWF-Canada
© WWF-Canada
Robyn Allan

Elle figure parmi les 200 meilleurs chefs d’entreprise au Canada du Financial Post. Économiste de formation, Robyn Allan a occupé divers postes de direction dans les secteurs public et privé en Colombie-Britannique – présidente et chef de la direction de l’Insurance Corporation of British Columbia, directrice administrative de la Vancity Community Foundation, économiste en chef de la B.C. Central Credit Union. En qualité d’économiste-conseil, Mme Allan a proposé ses services de conseils en gestion stratégique d’entreprise et en politiques publiques auprès de cadres supérieurs des secteurs privé et public en matière de placement, de restructuration d’entreprise, de commerce international et d’expansion des affaires. Elle a siégé comme commissaire à la commission d’enquête Barret sur la qualité de la construction de condominiums en Colombie-Britannique, et en qualité de conseillère économique et financière. Plus récemment, Mme Allan a publié un rapport intitulé An Economic Assessment of Northern Gateway, mémoire soumis à l’Office national de l’énergie. Elle a également publié Quest for Prosperity: the Dance of Success en 1996.



 
	© WWF-Canada
Joseph Boyden
© WWF-Canada
Joseph Boyden

Joseph Boyden est romancier, nouvelliste et journaliste. Son premier roman, Le chemin des âmes, lui a valu divers prix, dont le prix Amazon pour un premier roman et le Rogers Writers’ Trust Fiction Prize. Son deuxième roman, Les saisons de la solitude, lui a valu le prix Banque Scotia Giller en 2008. Joseph Boyden enseigne la création littéraire à l’université de la Colombie-Britannique (UBC) et il est actuellement auteur en résidence à l’université de la Nouvelle-Orléans. Il a été enseignant au programme d’études autochtones au Northern College en Ontario. C’est là qu’il a découvert les collectivités cries Mushkegowuk, et il a enseigné la communication pendant deux années dans toutes les réserves de la côte Ouest de la Baie James, notamment à Moose Factory, Fort Albany, Kashechewan, et Attawapiskat.  Grand amateur de nature et de plein-air, il s’est toujours senti chez lui dans les grands espaces canadiens, et apprécie tout autant les sentiers de motoneige dans la région de la baie d’Hudson que la pêche au saumon en Colombie-Britannique. Père de famille, écrivain, Joseph Boyden est un Citoyen pour la protection du Grand Ours.


 
	© WWF-Canada
© WWF-Canada
Tony Dekker

Tony Dekker est le chanteur et auteur des chansons du groupe indie folk Great Lake Swimmers. Leur album phare Lost Channels, sorti en 2009, a valu au groupe une mise en nomination pour les prix Juno dans la catégorie album de musique roots et traditionnelle de l’année, et de figurer sur la liste de sélection finale du prix de musique Polaris. Leur album suivant, New Wild Everywhere, explore la transcendance dans le monde de la nature et aborde les thèmes universels que sont l’amour, la mortalité, la fuite. La chanson la plus représentative de cette démarche, intitulée Ballad of a Fisherman’s Wife, a été écrite par Tony tout juste après le déversement de pétrole de 2010 dans le golfe du Mexique, et se veut une ode aux familles dévastées par la catastrophe. Tony Dekker fait aujourd’hui entendre sa voix comme Citoyen pour la protection du Grand Ours.


 
	© WWF-Canada
© WWF-Canada
Captain Trevor Greene

Le capitaine Trevor Greene est un vétéran des Forces armées canadiennes, décoré pour ses états de service remarquables, notamment en Afghanistan. Déployé là-bas en 2006 comme membre de l’unité de coopération civilo-militaire, le capitaine Greene a été blessé au cours d’une rencontre avec un groupe d’aînés de la région de Kandahar. Ayant retiré son casque et posé son arme en signe de confiance et de respect, Trevor Greene a été frappé à la tête par derrière par un jeune homme armé d’une hache. Il a passé plus de deux ans à l’hôpital dans un centre de réadaptation spécialisé dans les traumatismes cérébraux en Alberta. En 2009, il a reçu la Médaille du sacrifice des mains de la gouverneur générale Michaelle Jean à Ottawa, et en 2011 il recevait le prix Courage to Come Back Award dans la catégorie réadaptation physique. Trevor Green vit maintenant à Nanaimo, en Colombie-Britannique, avec sa femme Debbie et leur fille Grace âgée de six ans. Il poursuit un programme quotidien de physiothérapie et compte bien retrouver sa pleine autonomie. Trilingue, auteur et journaliste, Trevor Greene est un Citoyen pour la protection du Grand Ours.
 
	© WWF-Canada
© WWF-Canada
Grand Chief Edward John

Grand Chef Edward John est le chef héréditaire de la nation Tl'azt'en , qui vit sur les rives du lac Nak'al Bun (lac Stuart) dans le nord de la Colombie-Britannique. Diplômé en droit, il allie à cette formation son engagement envers la justice sociale et économique pour les peuples autochtones du Canada, ce qui l’a amené à assumer divers rôles de leader localement, mais également à l’échelle provinciale, nationale et internationale. Il assume actuellement son neuvième mandat au sein du groupe de travail du Sommet des Premières nations. Ce groupe a le mandat d’assurer certaines fonctions précises liées aux titres ancestraux et à la négociation des droits des autochtones auprès des gouvernements de la C.-B. et du Canada, et autres questions d’intérêt commun pour les Premières Nations en Colombie-Britannique. Il a été coprésident du caucus nord-américain des peuples autochtones et a participé à l’élaboration de la Déclaration des droits des peuples autochtones adoptée par l’Assemblée générale des Nations-Unies en septembre 2007. Enfin, il est actuellement le représentant nord-américain auprès du Forum permanent des Nations-Unies sur les questions autochtones.

 
	© WWF-Canada
© WWF-Canada
Peter Ladner

Ex-politicien, propriétaire d’entreprise et auteur, Peter Ladner est le cofondateur du Business in Vancouver Media Group, qui compte l’hebdomadaire primé Business in Vancouver. Peter Ladner signe une chronique hebdomadaire sur le monde des affaires et les questions civiques à Vancouver. Il est Fellow du Centre for Dialogue de l’université Simon Fraser. Il a été élu au conseil de ville de Vancouver en 2002, puis de nouveau en 2005. Il s’est présenté à la mairie de Vancouver en 2008, et demeure engagé sur diverses questions entourant le développement économique régional et la société. Riche de plus de 35 ans d’expérience en journalisme – imprimés, radio et télévision –, il est également un conférencier recherché dans les domaines des affaires, et les questions de société et d’alimentation. Il a publié son premier ouvrage intitulé The Urban Food Revolution: Changing the Way we Feed Cities en 2011.

 
	© WWF-Canada
© WWF-Canada
Hon. Tom Siddon

Ancien ministre fédéral, l'hon. Tom Siddon a une longue carrière dans les sciences, les affaires et la politique. Originaire de l'Alberta, Tom Siddon a enseigné comme professeur de génie mécanique à l'Université de la Colombie-Britannique pendant dix ans. Il a été élu au Parlement du Canada en 1978. Il a été nommé au cabinet fédéral par le premier ministre Brian Mulroney en 1985, où il a occupé pendant neuf ans de multiples fonctions, comme ministre de la Science et de la Technologie; des Pêches et des Océans, des Affaires indiennes et du Nord canadien et de la défense nationale. Pendant ce temps, il a dirigé de nombreuses initiatives importantes dans les domaines de la gestion des pêches, de la protection de l'environnement, de la politique scientifique et des ententes découlant de traités avec les autochtones. Après sa carrière politique, Tom est resté actif en tant que consultant, conférencier et administrateur de sociétés, et il a récemment été élu dans le district régional d'Okanagan-Similkameen. Son leadership et ses nombreux accomplissements lui ont valu plusieurs distinctions, dont un doctorat honorifique de l'Université de la Colombie-Britannique. Tom et sa femme vivent à Kaleden, Colombie-Britannique.
Hon. Tom Siddon
 
	© WWF-Canada
© WWF-Canada
Kelli Hazzard & Fletcher's Meadows Secondary Biology Students

Kelli Hazzard et les élèves du cours de biologie de l’école secondaire Fletcher’s Meadows  Kelli Hazzard enseigne la biologie à l’école secondaire Fletcher’s Meadows de Brampton, en Ontario. Chaque session, elle met sur pied avec ses élèves un projet de bio-activisme afin de leur apprendre l’importance pratique de la biologie et de la nature. Au printemps 2012, Kelli Hazzard et 27 de ses élèves de 11e année ont décidé d’appuyer WWF-Canada et les Premières Nations côtières de la C.-B. dans leur campagne de Citoyens pour la protection du Grand Ours. Les élèves ont recueilli des fonds pour la campagne et ont déposé au bureau du Premier ministre du Canada  une pétition de plus de 500 signatures appelant à la protection de la région du Grand Ours. Mais surtout, chacun – élèves et professeur – ont fait une recherche et écrit une lettre à la Commission d’examen conjoint du gouvernement fédéral chargée d’évaluer les tenants et les aboutissants du projet d’oléoduc Northern Gateway. Grâce à leurs efforts conjugués, à leur engagement et à leur volonté de préserver les trésors naturels du Canada, Kelli Hazzard et ses élèves sont indéniablement des Citoyens pour la protection du Grand Ours.

 
	© WWF-Canada
© WWF-Canada
Jeff Rubin

Jeff Rubin a occupé le poste d’économiste en chef de Marchés mondiaux CIBC pendant près de 20 ans, avant de démissionner en 2009. Il est l’auteur du best-seller Why Your World is About to Get a Whole Lot Smaller: Oil and the End of Globalization, qui lui a valu le prix du livre d’affaires du Canada en 2009 (section anglaise). Son ouvrage suivant, intitulé The End of Growth, également un best-seller, se penche de nouveau sur le thème du prix du pétrole et comment il continue de diriger le monde. Jeff Rubin détient un B.A. en économie de l’université de Toronto, et une maîtrise en économie de l’université McGill de Montréal. Expert de renommée internationale des questions liées à l’énergie et collaborateur régulier des médias d’affaires au Canada, il est également un pêcheur enthousiaste et a pratiqué son sport sur toute la côte de la Colombie-Britannique. Auteur reconnu et un grand économiste du Canada, Jeff Rubin est également un Citoyen pour la protection du Grand Ours.
 
	© WWF-Canada
© WWF-Canada
Anne K. Salomon

Auteure, écologiste marine et biologiste de conservation, Anne K. Salomon est également professeure en écologie appliquée à l’université Simon Fraser de Colombie-Britannique. Sa recherche est motivée par la volonté de comprendre comment l’activité humaine influe sur la biodiversité, la productivité et la résilience du réseau trophique côtier, afin de recueillir l’information sur les écosystèmes nécessaire à l’élaboration d’approches sensées à la conservation marine. Ces intérêts l’ont menée sur les côtes de l’Alaska, de la Nouvelle-Zélande et, plus récemment, en Californie à titre de Smith Fellow in Conservation Science. En 2009, elle a démarré un programme de recherche avec Parcs Canada, Haida Fisheries, Pêches et Océans Canada et l’université Simon Fraser afin d’étudier les répercussions écologiques du projet de Réserve d’aire marine nationale de conservation de Gwaii Haanas sur des pêcheries importantes (sébaste, oursin rouge), des espèces en péril (ormeau nordique) et le varech. En 2010, elle a entrepris une collaboration avec la nation Heiltsuk de la côte centrale de la C.-B. afin de mieux comprendre les impacts liés aux loutres de mer, la planification spatiale marine et les fluctuations des populations du hareng du Pacifique.


 
	© WWF-Canada
© WWF-Canada
Aliya-Jasmine Sovani

Animatrice et productrice à la chaîne MTV News, Aaliya-Jasmine Sovani rejoint un vaste public de téléspectateurs au Canada et aux États-Unis, à qui elle présente les plus récentes actualités, les nouveautés culturelles et musicales ainsi que des interviews avec les plus grands noms de Hollywood. Comme animatrice de l’émission MTV News Presents Impact, Aaliya-Jasmine Sovani aborde des sujets sérieux qui touchent l’auditoire de MTV et elle cherche sans cesse à alimenter la discussion et le débat autour de ces enjeux. En juin dernier, elle s’est rendue dans la région du Grand Ours pour y filmer le documentaire MTV IMPACT Pipeline Wars. Philanthrope active, elle est actuellement co-présidente du conseil de The Boobyball, un organisme qui recueille des fonds pour la recherche sur le cancer du sein. Elle a également collaboré à un projet de MTV et Plan Canada, et participé au documentaire de MTV Girls of Latitude, une incursion dans la pratique du mariage forcé de jeunes filles au Soudan. Aaliya-Jasmine Sovani est née et a grandi à Ottawa, elle adore le hockey, et détient un B.A. et une majeure en communications et radiodiffusion de l’université d’Ottawa.
 
	© Eric B. Taylor
© Eric B. Taylor
Eric B. Taylor

Titulaire en 1998 du prix MA Newman d’excellence en recherche aquatique, Eric B. Taylor est professeur au département de zoologie de la University of British Columbia depuis 1993. Il est codirecteur du centre de recherche en biodiversité de UBC et directeur de la collection de poissons du musée Beaty de la biodiversité. Titulaire d’un doctorat en zoologie (écologie évolutive des poissons), il a été chercheur et scientifique invité de l’université Dalhousie à Halifax, et à la station biologique du Pacifique à Nanaimo. Dans le cadre de ses recherches en évolution et écologie, il cherche à en comprendre le lien avec la conservation de la biodiversité d’espèces marines indigènes. Auteur de plus de 100 articles scientifiques, il est également coprésident du sous-comité des poissons d’eau douce du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC).



 
	© WWF-Canada
© WWF-Canada
Laure Waridel

Sociologue spécialisée en développement international et en environnement, Laure Waridel publie son premier essai sur le commerce équitable à l’âge de 24 ans. Cet ouvrage lui permet de lancer avec force le commerce équitable au Québec, alors méconnu en Amérique du Nord. « Elle transforme les mots en outils de changement social et environnemental, touchant la tête autant que le cœur », écrit-on à son sujet. C’est aussi ce qu’elle a fait au sein d’Équiterre, une ONG qu’elle a co-fondée en 1993 et au sein de laquelle elle a œuvré une douzaine d’années. Laure Waridel est auteur de quelques essais dont Acheter c’est voter et L’envers de l’assiette. Elle s’est aussi fait connaître à travers ses chroniques à la radio de Radio-Canada, ainsi que dans l’hebdomadaire Voir et Sélection du Readers Digest. Conférencière internationale, elle a aussi enseigné à l’Université McGill et a été porte-parole de nombreux événements à caractère environnemental et social.  Régulièrement qualifiée de «  leader », le magazine Maclean's a cité Laure Waridel parmi les  « 25 young Canadians who are already changing our world ». Pour son engagement social et écologique, elle a été nommée au Cercle des Phénix de l'environnement, a reçu un doctorat honorifique de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et a été décorée Chevalier de l’Ordre de la Pléiade par l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. En 2012, elle a aussi reçu l’Ordre du Canada. Laure Waridel mène actuellement des études doctorales à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) de Genève sur l’émergence d’une économie à la fois écologique et socialement équitable. Elle est récipiendaire de la bourse Trudeau et de la bourse doctorale du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH).