La région du Grand Ours, joyau naturel canadien | WWF-Canada

La région du Grand Ours, joyau naturel canadien

 
	©
Le Canada a l’occasion d’implanter dans cette région hors du commun un mode de gestion des zones marines qui pourrait faire école ailleurs dans le monde. Il nous appartient de choisir un avenir viable pour la nature et pour les gens, en démarrant sur des assises solides, sur une structure bien établie de planification efficace à divers volets.


Il y a deux décennies, un projet d’exploitation forestière a menacé de raser l’une après l’autre les vallées de la forêt du Grand Ours. Après 15 ans de lutte et d’âpres négociations, un groupe d’alliés inusité s’est formé pour trouver une solution : Premières Nations, compagnies forestières, organismes environnementaux et gouvernements ont réussi à s’entendre pour créer un modèle novateur de gestion des écosystèmes de la région. En joignant la conservation à de meilleures pratiques de coupe, le groupe a trouvé le moyen d’assurer la protection de l’environnement et de l’économie de la région. En 2007, WWF soulignait cette réussite en accordant son prestigieux prix Cadeau à la Terre.

Mais le travail est loin d’être terminé. Ces écosystèmes côtiers sont en effet totalement interconnectés : la santé de la forêt pluviale dépend donc de celle de la mer, et de la migration annuelle des saumons qui représente pour la forêt un apport précieux de nutriments. Or le bien-être et la santé des familles, communautés et de l’économie de cette grande région sont tributaires de forêts, de côtes et de zones marines florissantes. Le Canada a donc l’occasion, une fois de plus, de faire preuve de leadership. L’heure est venue de travailler ensemble de bonne foi et de mettre nos idées au service de la sauvegarde de la mer la région du Grand Ours.
DONNEZ MAINTENANT
 rel=
Ours Esprit à la pêche dans la forêt pluviale du Grand Ours
© Natalie Bowes / WWF-Canada

Non, cet endroit n’est pas pour les pétroliers

 En 2009, des membres des Premières Nations, des entreprises, gouvernements, groupes de conservation et communautés côtières se sont réunis de nouveau, pour entreprendre cette fois l’élaboration d’un plan de conservation et de gestion de la région du Grand Ours. Et alors que toutes ces personnes sont engagées dans un processus visant à assurer l’avenir de cette magnifique région, voilà que sa survie même est menacée.

Le projet Northern Gateway propose la construction d’un oléoduc partant des sables bitumineux de l’Alberta et traversant la région du Grand Ours jusqu’au Pacifique. Ce trajet de 1 170 kilomètres traverserait la forêt pluviale du Grand Ours –transportant des volumes immenses de pétrole brut toxique à travers des centaines de rivières à saumon – pour se rendre à un port où viendraient chaque année jusqu’à 220 super pétroliers dans des eaux vulnérables et tumultueuses.

Ce titanesque projet d’industrialisation menace le cœur même de la région du Grand Ours, dont il risque d’endommager, voire de détruire, les valeurs culturelles, écologiques et économiques. La réalisation de ce projet représenterait également un immense recul sur le travail acharné accompli jusqu’ici pour assurer la gestion et la défense de ce trésor mondial.