Science et innovation | WWF-Canada
 
	© Michel Gunther / WWF

Science et innovation

Énergies renouvelables respectueuses des habitats

Sans intervention, les changements climatiques pourraient mener une espèce sur six à l’extinction. Parce que les énergies fossiles sont les premières contributrices lorsqu’il s’agit d’émissions de gaz à effet de serre, le WWF-Canada est déterminé à aider le Canada à utiliser les énergies renouvelables à 100 % d’ici 2050.

La transition vers les énergies renouvelables ne fera pas que ralentir le réchauffement de la planète, elle réduira la déforestation, la désertification, l’érosion et les inondations, diminuera les désastreux déversements de pétrole dans nos océans et bassins versants, et les invisibles mais mortelles fuites de méthane dans notre atmosphère.

Avec son potentiel énorme pour la production d’énergie solaire, éolienne, hydroélectrique et de biomasse, et détenteur du plus long littoral et des plus hautes marées au monde, le Canada détient des réserves d’énergies renouvelables considérables.  Nous pouvons faire des renouvelables la source d’énergie du pays, créer des emplois chez nous et exporter notre expertise. C’est possible.

Mais comme tous les projets énergétiques, il y a un potentiel de conflit avec la nature. Le WWF-Canada innove en développant de nouvelles approches pour des projets d’énergies renouvelables respectueux de l’habitat pour chaque type d’énergie : sur terre, dans l’eau douce, dans l’océan et dans l’environnement arctique.

Cartographier notre potentiel énergétique

Si la planification ne prend pas en considération la biodiversité, les processus migratoires ou les milieux sensibles, les projets d’énergies renouvelables, comme toute autre forme de développement, pourraient avoir des conséquences majeures, voire irréparables, pour l’environnement. Pour remédier à cette réalité, nous avons créé un outil sur les énergies renouvelables respectueuses des habitats qui cartographie à la fois le potentiel en énergies durables et les zones ayant une valeur significative pour la conservation. Cet outil permettra aux industries et au gouvernement de prendre des décisions éclairées plus rapidement au bénéfice de toutes les espèces, dont les humains.

Nous démontrons aussi que les projets d’énergies renouvelables sont réalisables même dans un environnement rigoureux en effectuant la transition, dans trois communautés arctiques, du diesel vers des sources d’énergies renouvelables, et en appuyant le développement de la production d’électricité marémotrice dans la baie de Fundy, qui a les plus hautes marées au monde. 

Qu’est-ce qu’une énergie renouvelable respectueuse des habitats?

Nous avons besoin d’un système qui considère les espèces et la biodiversité avant que temps et argent soient investis. Nous avons rapidement besoin de certitude dans le développement de processus, pour que les projets d’énergies renouvelables puissent se réaliser rapidement, avec le moins d’impacts néfastes sur l’environnement. Une action rapide est nécessaire afin d’éviter et réduire l’étendue des effets des changements climatiques.

Pour ce faire, le WWF-Canada a adopté un cadre de conservation rigoureux afin d’identifier et d’évaluer les préoccupations liées à la biodiversité, ainsi que les besoins des communautés, pour s’assurer que les projets d’énergies renouvelables soient respectueux de l’habitat dès le début.

Compiler le tout

Une fois comptabilisées, ces valeurs de conservation peuvent être cartographiées avec les emplacements ayant un potentiel en énergie renouvelable, pour identifier rapidement et clairement où sont les régions ayant un fort potentiel en énergies renouvelables et où les impacts néfastes sur l’environnement ou les communautés sont faibles. 

Dans certains cas, une pondération « critique » peut être appliquée : par exemple dans le cas de l’éolien, du solaire et de l’éolien en mer dans les sanctuaires d’oiseaux migrateurs; de l’hydroélectricité, de l’éolien et du solaire dans les réserves nationales de faune et les parcs nationaux; de l’énergie marémotrice où la biodiversité se fait rare, est menacée ou est fortement sensible aux perturbations; et où des protections juridiques sont déjà en place.  

L’approche du WWF-Canada dans le domaine des énergies renouvelables respectueuses de l’habitat permet aux investisseurs et développeurs de voir si la région qu’ils convoitent pour leur projet à grande échelle constitue aussi l’habitat d’espèces menacées, si c’est un point chaud pour la biodiversité ou si elle revêt une signification culturelle pour les autochtones, avant de s’investir davantage.   
 rel=
Solar energy
© Kevin Schafer / WWF

Mise à l’épreuve de cette approche

Nous avons mis cette approche à l’épreuve au Nouveau-Brunswick et dans la baie de Fundy, une vaste région aux ressources abondantes, pour laquelle nous avons plusieurs données et où de constantes demandes et options se présentent pour la combinaison énergétique.

Nous avons identifié les valeurs écologiques clés, déterminé leurs vulnérabilités respectives pour les six types d’énergies renouvelables (solaire, éolienne terrestre et en mer, marémotrice, hydroélectrique et les biocarburants), et cartographié les points chauds de biodiversité à l’intérieur des régions du fleuve Saint-Jean et de la baie de Fundy.

Vous pouvez maintenant découvrir les résultats de ces efforts, du premier outil de première évaluation pour une prise de décisions éclairées sur les énergies renouvelables respectueuses des habitats, au wwf.ca/renouvelables.