La science citoyenne au service de l’eau douce | WWF-Canada

La science citoyenne au service de l’eau douce

Posted on 25 September 2017   |  
Grenouille léopard
© Paul Reeves Photography
L’ADN environnemental, une technologique canadienne de classe mondiale, comblera les lacunes en données sur l’eau douce

OTTAWA, 25 septembre 2017 – Un nouveau programme communautaire national de surveillance de l’eau douce est lancé aujourd’hui par le Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada). Utilisant la technologie de l’ADN environnemental, ce programme fournira des données nécessaires afin de freiner, voire renverser, le déclin des espèces d’eau douce. 
 
En collaboration avec ses partenaires, le WWF-Canada améliorera la gestion des bassins versants et la protection de la faune en fournissant des informations supplémentaires et pertinentes sur les bassins versants aux données insuffisantes et ce, avec l’aide de bénévoles. Ce programme répond aux enjeux soulevés par nos récents rapports sur les bassins versants et Planète vivante Canada, qui ont révélé un manque important de données touchant les écosystèmes d’eau douce, empêchant ainsi leur saine gestion.
 
Le WWF-Canada travaille avec l’organisme Living Lakes Canada et l’Université de Guelph, avec l’appui scientifique et technique d’Environnement et Changement climatique Canada, afin de lancer le programme à Ottawa et sur la Sunshine Coast de la Colombie-Britannique cet automne, puis de l’étendre au printemps 2018 à d’autres bassins versants en manque de données. 
 
Pourquoi ces données sont-elles nécessaires?   
  • Les Rapports sur les bassins versants du WWF-Canada ont révélé que tous les bassins versants au pays subissent un stress hydrique en raison des activités humaines, mais que les lacunes en données concernant certains indicateurs clés tels que les invertébrés benthiques nous empêchent de connaître l’impact réel de ces facteurs sur la santé de l’eau douce et ce, pour 15 des 25 bassins versants du pays. (Les invertébrés benthiques sont un indicateur important de la qualité de l’eau, car ces petits organismes sont très sensibles aux polluants et autres changements qui ont une incidence sur la santé de l’écosystème aquatique.)
  • Sans données adéquates, les gouvernements et les communautés ne sont pas en mesure de prendre des décisions fondées sur des preuves en ce qui concerne la gestion de l'eau douce, ce qui a une incidence sur les espèces et les communautés.
  • Les pratiques actuelles de gestion des espèces et des habitats ne sont pas efficaces. Le Rapport Planète vivante Canada du WWF-Canada démontre que la moitié de nos espèces contrôlées déclinent. Et parmi ces espèces en situation de déclin, le déclin moyen est de 83 % depuis 1970.
  • Les écosystèmes d'eau douce sont parmi les moins bien étudiés au Canada, mais ils devraient être (avec l’ensemble de l’Arctique) les plus sévèrement affectés par les changements climatiques.

Pourquoi privilégier une surveillance par la collectivité?
  • La diversité géographique et la faible densité du Canada rendent difficile le maintien des réseaux de surveillance exhaustifs. Les programmes de surveillance basés sur la communauté sont beaucoup plus souples, ce qui permet une portée plus étendue.

Pourquoi l’ADN environnemental (ADNe)?
  • La technologie ADNe compare le matériel générique d’un échantillon à la bibliothèque mondiale des codes-barres d’ADN pour identifier des espèces.
  • Dans le cadre de ce nouveau programme, l'ADNe sera utilisé pour identifier des invertébrés benthiques tels que les mouches, les coléoptères et les escargots avec un degré nettement plus élevé de spécificité que selon une analyse traditionnelle, pour mieux comprendre l’état de santé de l'eau douce.
  • L’analyse ADNe est plus facile, plus rapide et plus précise que l’analyse manuelle traditionnelle des invertébrés benthiques, permettant de combler rapidement les lacunes en matière de données et tirer des conclusions sur la santé de nos bassins versants de façon plus rentable. 

Catherine McKenna, ministre d’Environnement et Changement climatique Canada :
« Le monde commence déjà à observer les effets des changements climatiques et de la pollution, et le Canada continue d’agir pour assurer la santé de ses cours d'eau. Je suis fière du travail que les scientifiques du gouvernement accomplissent déjà pour évaluer la santé des écosystèmes aquatiques à travers le pays. Nous accordons notre expertise scientifique et technique en soutien à l'initiative du WWF-Canada, et pour assurer des rivières et des lacs plus propres pour nous-mêmes, nos enfants et nos petits-enfants. »
 
David Miller, président et chef de la direction du WWF-Canada :
« Pour mieux comprendre comment inverser le déclin de la faune au Canada, nous devons disposer de plus d’informations. Le WWF-Canada réunit des partenaires pour recueillir des données manquantes dans les rivières et les lacs, afin d’obtenir une image plus complète de la situation et savoir où nous devons agir pour assurer l’état de santé des écosystèmes d'eau douce qui soutiennent autant les espèces que nos communautés. »
 
Kat Hartwig, directrice exécutive de Living Lakes Canada :
« Nous sommes très enthousiastes quant aux perspectives permises par le développement de l’ADNe pour notre suivi de la qualité de l'eau. Cela signifie que les résultats de notre échantillonnage seront plus précis et moins coûteux à traiter et à analyser; devenant plus convivial et accessible pour les groupes communautaires et les bénévoles qui font de la surveillance de l'eau. Cela permettra un important pas en avant pour établir une compréhension collective de la santé de l'eau dans nos précieux et magnifiques bassins versants canadiens. »
 
Mehrdad Hajibabaei, professeur associé, Centre for Biodiversity Genomics & Department of Integrative Biology, Univertisé de Guelph :
« Au cours de la dernière décennie, nous avons utilisé des technologies avancées de génomique et d'informatique pour développer un tout nouveau système d'identification de la biodiversité. Cette approche de métacodebarres qu'est l'ADNe a été appliquée à un certain nombre de projets de recherche en collaboration avec les parties prenantes, particulièrement les scientifiques d'Environnement et Changement climatique Canada. Je suis ravi de mettre en application notre approche ADNe pour l'évaluation environnementale concrète de certains des bassins versants les plus précieux du pays. »
 
À propos du WWF-Canada
Le WWF propose des solutions aux grands défis de conservation qui nous tiennent tous à cœur. Nous menons des projets dans des lieux uniques et de grande valeur environnementale afin que la nature, les espèces et les communautés puissent cohabiter en toute harmonie. wwf.ca/fr
 
Pour plus de renseignements :
Laurence Cayer-Desrosiers, Spécialiste communications et événements, WWF-Canada lcdesrosiers@wwfcanada.org | 514-394-1106
Grenouille léopard
© Paul Reeves Photography Enlarge

Commentaires

blog comments powered by Disqus